Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2018

Résolution

Je n'en prends jamais, des "bonnes résolutions", je ne les tiens pas plus de 3/4 jours, ce n'est pas la peine.

Mais pour 2018, il y en aura une quand même :
Cette année, j'ai décidé de "lâcher".

J'arrête de me prendre la tête, j'arrête de me stresser pour tout et rien, j'arrête de vouloir tout faire absolument tout bien, j'arrête de faire les choses - parfois à la place de quelqu'un d'autre - pour être sûre que ça soit fait, j'arrête de râler ... 

Que ce soit à la maison avec l'Homme et les Mecs, ou à l'école avec mes élèves, mes collègues ou les parents, je lâche, je laisse couler.

Et je m'occupe de moi.

2015-07+et+faire+le+plein+de+r%C3%AAves.jpg

Illustrations Jack KOCH http://dangerecole.blogspot.fr 

29/11/2017

Mercredi

Cette année, j'aime assez les mercredis.
Même s'il faut se lever pour aller à l'école (P'tit Mec N°4 a beaucoup de mal, et c'est encore pire le jeudi ; le vendredi ça va, c'est piscine), la journée est "assez cool" (sauf le moment de la dictée des CE2, cauchemar du P'tit Mec, comme pour sa mère au même âge).

Après les 10 minutes de surveillance au portillon, je laisse la classe à ma collègue F. et je monte à l'étage faire du boulot administratif, ranger et trier des trucs. Comme tous les directeurs d'écoles de 3 classes, j'ai droit à 1 jour par mois de "décharge de direction". L'année scolaire dernière, faute de remplaçants, je n'ai pu en prendre que 3. Du coup cette année je me retrouve avec 10 + 7 jours de décharge (l'Inspectrice a tenu à ce que nous puissions rattraper les jours non pris). Et comme j'ai demandé à être déchargée le mercredi matin (soit 1/2 journée), ce sont 34 mercredis qui se retrouvent "libérés", toute l'année donc !
C'est très agréable  ;-)  J'ai un peu de temps pour souffler, "tranquille" devant l'ordi, un café à la main ; j'entends "ronronner" les deux classes de plus grands, mes collègues passent me raconter "la dernière" de l'un ou l'autre gamin, ou en envoient finir leur travail sous ma surveillance quand "ça veut vraiment pas".
Ma collègue F. , remplaçante spécialement affectée aux décharges de directions, qui change donc d'école tous les jours, est ravie de ces 3h hebdomadaires où elle peut mettre en place des petits projets en sciences.

Et l'après midi il n'y a rien. RIEN ! (juste mon cours de viole de gambe un mercredi sur deux en début de soirée, et de temps en temps un rendez-vous médical pour l'un ou l'autre).
Pas de devoirs (merci les maîtresses), pas d'école de musique, aucune obligation. Et c'est trop bien !
Je traine, je me repose, je fais même des gâteaux !

Bon pour ne rien faire du tout.jpg

Illustrations Jack KOCH http://dangerecole.blogspot.fr 

22/11/2017

Premier pas

Voilà, c'est fait j'ai envoyé à la personne qui s'occupe de ça, un mail pour demander dans quelle mesure et à quelles conditions je pourrais prendre ma retraite de l'Education Nationale dans un "futur proche" - à l'horizon 2020, donc - (et combien je peux espérer côté sous, aussi).

Premier pas.

Depuis, j'essaye de réfléchir à ce que je pourrais faire pour compléter la pension mensuelle qui ne suffira probablement pas. J'ai un peu de mal à me projeter, et je crois que je me censure pas mal aussi ... (et surtout je ne veux plus rien faire qui ait un lien quelconque avec l'enseignement).

J'attends la réponse avec un peu d'impatience, avec l'envie de commencer quelque chose de tout nouveau, avec la peur de découvrir que ça ne sera peut être pas possible. Je me dis que "qui ne tente rien n'a rien", et que je ne risque pas grand chose à me poser ces questions, à part me retrouver un peu en dehors de ma zone de confort.

J'ai depuis longtemps envie de repenser ma vie, je crois que là c'est le bon moment.

Rien à voir avec le billet, mais j'aime beaucoup les Pokemon en pâte à modeler de P'tit Mec N°4 !

Pokemon Pâte à mod 15 nov 2017 (3).jpg

photo moi

18/11/2017

Attaque de microbes

J'avais assez bien résisté jusqu'à maintenant ... mais mercredi l'attaque a été trop forte, j'ai capitulé devant le syndrome grippal.

Il y avait une remplaçante disponible, j'ai posé deux jours histoire de me retaper un peu.

La difficulté a été de trouver un médecin pour signer mon arrêt de travail.
Ma MT (qui a repris le cabinet du précédent MT)  ne travaille pas tous les jours et elle n'avait que des consultations "libres" jeudi et vendredi de 9h00 à 12h00. Il y avait 15 personnes dans la salle d'attente du cabinet quand je suis arrivée à 10h00, assises sur toutes les chaises et debout serrées. J'ai renoncé, trop fatiguée.
J'ai appelé d'autres médecins, pas de rendez-vous possibles avant la semaine prochaine...

Alors j'ai fait un truc que je n'aime pas, j'ai sollicité un "passe droit" : j'ai appelé le cabinet de la maman d'une élève de l'école qui est généraliste, et j'ai expliqué mon problème (nécessité de l'arrêt de travail)  en précisant que j'étais la directrice de l'école de sa fille pour "appuyer" ma demande.

Toute ma gratitude à elle, qui m'a rajoutée à son planning déjà chargé, qui m'a dit que j'avais eu raison de l'appeler, qui a pris le temps de tout bien vérifier et qui m'a expliqué le pourquoi de la prescription de corticoïdes devant ma grimace ... 

 

Gratitude.jpg

Illustration empruntée au compte FB d'Apprentie Girafe (clic)