Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/02/2019

Poussières

Arrêtez tout !
J''ai trouvé le Graal, le truc qui me permet de "faire la poussière" sans râler, sans éternuer et de manière écologique :

le gant microfibres dépoussiérant multi usage

WP_20190205_002.jpg

Je déteste "faire la poussière", ça vole partout, ça me fait éternuer …

Mais la Maison du Canal est bordée, à l'arrière (ou à l'avant, ça dépend d'où on se place, pour moi c'est l'arrière puisque les fenêtres s'ouvrent beaucoup plus sur le canal) par une route pas très large mais très passante qui est une des entrées de la sous-pref.
Il y a un peu plus loin la voie ferrée, et aussi une usine mondialement connue qui fabrique du matériel agricole.
D'où beaucoup, mais alors beaucoup de poussière.

On ajoute à ça des meubles très sympas, mais sombres et même noirs. Ce n'est pas ce qu'il y a de mieux, la poussière se voit … 

J'ai essayé beaucoup de choses, avec, en dernier recours, les plumeaux jetables d'une célèbre marque qui commence par un "S" en version générique (la marque de ma grande surface préférée donc).

Mais bon, jetable ça ne fait pas partie de ce que j'essaye de mettre en place dans ma vie quotidienne. Alors quand j'ai vu ce gant (dans les promos qui rapportaient 20% du prix sur la carte U en janvier), je me suis dit qu'il fallait essayer.

Et j'ai bien fait.
La main, dans le gant passe juste là où il faut, les petites mèches se faufilent dans tous les coins, la poussière ne vole pas partout ; et quand il est sale, le gant passe à la machine (à 40° max), tout ça pour moins de 2€.
J'en ai racheté un pour Grand Mec N°1 et un autre pour Grand Mec N°2 et son Amoureuse qui trouvait ça super !

Voilà !

Gant microfibre dépoussiérant multi usage, en vente chez SuperU, 1,84€, acheté avec mes sous

photo moi

26/01/2019

Histoire

Il y a fort fort longtemps, mon bac, réussi de justesse au rattrapage, ne m'a pas permis de continuer dans la voie que j'avais choisie (ouf que, on va dire rétrospectivement).
Pour ne pas rester sans rien faire, en attendant de trouver comment rebondir, je me suis inscrite en fac d'histoire (c'était facile à l'époque, il suffisait de retirer un dossier, de le remplir, et de faire la queue pour le rendre).

Pourquoi l'histoire ? Parce que j'ai toujours aimé les histoires de rois et de reines, de France et d'ailleurs. En 4e, avec quelques copines, je m'amusais à mettre en scène le cours d'histoire, pendant la récréation. La prof, amusée, nous laissait 5 minutes en début de cours pour faire le "résumé des épisodes précédents". J'ai le souvenir de gros fous rires ;-). Dans la filière choisie au lycée, il n'y avait plus d'histoire-géo après la 2nd (et pas de philo en terminale non plus), le prof essayait désespérément d'intéresser les élèves (il y arrivait parfois), et nous discutions souvent. C'est à lui que je dois ma première lecture "sérieuse" en histoire et sur le Moyen Age: Le chevalier, la femme et le prêtre de Georges Duby.

Première année de fac d'histoire et énormes découvertes : mes lacunes en histoire contemporaine, l'intérêt de l'histoire politique, ma passion pour le Moyen-Age, pour l'histoire des religions …
Suivront une Licence et l'équivalent d'un M1.

L'histoire c'est chouette, mais il faut des sous pour vivre.
Agreg, Capes et concours de l'Ecole Normale d'Instits pour assurer les arrières (ouf que, encore une fois).
On referme les livres d'histoire et on ouvre les bouquins de pédagogie.
Je bifurque à nouveau.

Presque 30 ans plus tard, je suis là devant mon ordi à écrire ce billet.
Je "déteste" les manuels de pédagogie, je "déteste" le jargon (je ne retiens toujours pas la signification de certains mots, bref …), même si je m'intéresse beaucoup à l'éducation des enfants, à leur évolution, à la manière d'enseigner de façon respectueuse (je ne dis plus jamais "bienveillante", tellement ce mot a été vidé de toute signification).
J'ai l'impression de m'être perdue, un peu.

 

La semaine dernière, Janine Garrisson, spécialiste de l'histoire des religions, est morte. C'est l'auteure d'un ouvrage important L'Edit de Nantes et sa révocation, histoire d'une intolérance que j'avais dévoré à l'époque.
J'ai cherché l'ouvrage dans ma bibliothèque, je me suis calée dans mon fauteuil, j'ai commencé à lire, et … heureusement qu'il y a l'alarme de mon tel qui me rappelle qu'il faut chercher P'tit Mec N°4 à l'école !

Avec l'Homme nous regardons beaucoup de documentaires sur l'histoire (d'ailleurs à ce propos, la série La guerre des trônes, sur France 5, présentée par Bruno Solo, qui raconte la guerre de Cent Ans dans la première saison, puis les premières guerres de religion dans la deuxième est vraiment très intéressante), nous sommes abonnés à la revue du même nom, mon Twitter est plein de comptes de médiévistes, je regarde des vidéos, je lis des articles … 

L'histoire me manque, en fait … 

WP_20190126_001.jpg

photo moi

 

23/01/2019

Double

On va rester dans la BD avec un album repéré sur le blog Pensées by Caro il y a quelques temps : Moi en double.

moi en double.jpg

4e de couverture :
Peut-on bâtir son identité sur 127 kg de mensonges ? Faire croire que l'on s'aime fort comme on est, même si on est « hors norme ». Crier haut et fort qu'on est heureuse, que tout va bien dans le meilleur des mondes et qu'on a aucune fêlure.
C'est très pratique d'avoir un double, d'ailleurs, un jour, on peut même décider de se retourner contre lui et de tout lui mettre sur le dos. Mais comment le tuer sans se tuer soi-même ?

 

J'ai beaucoup aimé cette BD. Pour la forme d'abord, toute en noir et blanc, et rouge, au trait rapide. Pour l'histoire surtout : à une époque de sa vie, Navie était en obésité morbide ; dans cet album elle raconte sa souffrance quotidienne, sa lutte pour perdre du poids, apprendre à s'accepter et vaincre sa dépendance à la nourriture.

Ceux qui me connaissent vraiment bien savent que la nourriture et moi, c'est compliqué.
Dans le petit texte de la 2e de couverture, il est écrit à un endroit : " …/… si tu as déjà mangé pour aller mieux …/… Ce livre est pour toi. Le poids en trop concerne tout  le monde, qu'il soit sur le ventre ou dans le cœur". Voilà, c'est exactement ça.
Alors non, je ne suis pas en obésité morbide, juste en surpoids dit mon IMC.
Insidieusement, la "nourriture doudou" est venue m'enrober un peu trop (mais assez harmonieusement, on va dire). M
a garde robe s'est réduite à deux/trois pantalons qui ne serrent pas trop, deux/trois jupes, des tee-shirts et des tops sur lesquels je mets de grands gilets ou des blouses un peu larges ; ma "robe test" bleue marine ne ferme plus … 

Yaka se remuer, yaka faire un régime, yaka …
Pas si simple.

L'histoire de Navie, illustrée par Audrey Lainé, explique bien le cheminement qu'il y a à faire au milieu de ses émotions, pour arriver à les accepter, à ne plus les "manger". C'est long, c'est compliqué, c'est sortir de cette "zone de confort" dont on a tellement besoin quand "ça ne va pas super".

Je n'ai pas fini de feuilleter cette BD, de relire un bout, un autre, la fin. Elle est d'ailleurs à demeure à portée de main. Me nourrir de mots plutôt que de "bouffe".

 

Moi en double
Navie et Audrey Lainé
Editions Delcourt
133 pages   15,50€

photo empruntée à lalibrairie.com

03/10/2018

Sciatique #3

C'est bien d'avoir une newsletter, encore faut-il publier quelque chose … A ma décharge, il ne se passe pas grand chose de foudroyant par ici, il faut bien le dire.

Lundi, je suis allée voir, à sa demande, la médecin référent de l'Educ Nat de chez nous. Suite à la grosse fatigue du printemps dernier, elle voulait savoir comment s'était passée la rentrée. J'avais apporté les radios du mois de mars, le scanner d'août et le compte rendu de consultation du rhumato. Dans son compte rendu de visite, elle a noté que "la mise en arrêt était nécessaire à ce jour", et elle m'a conseillé de demander le bénéfice de la RQTH pour permettre l'aménagement du poste de travail.

RQTH = Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé …
En plus de la hernie discale qui va peut être - on croise les doigts - se résorber seule, j'ai de l'arthrose du côté des lombaires (et des cervicales) ; je n'ai pas mal pour le moment, mais il faudrait protéger mon dos et adapter le matériel d'assise notamment. C'est vrai que les petites chaises de maternelle, ce n'est pas toujours top, et que, même si je fais attention depuis toujours à plier les genoux au lieu de me pencher en avant pour parler aux gamins ou ramasser des trucs, ça arrive parfois et je sens bien que ça coince.
Bref, il existe de chouettes tabourets à roulettes, qui ne bougent que quand un certain poids est posé dessus (pour éviter que les gamins jouent avec), rembourrés, qui peuvent descendre assez bas, avec un dossier réglable en hauteur, qui bouge et permet de s'appuyer avec le dos, mais aussi avec le torse, pour se pencher vers un élève sans tirer sur le dos, ou sur le côté.
La Rolls du tabouret.
La RQTH permettrait un financement par la MDPH (Maison des Personnes Handicapées) du fameux tabouret. Je vais faire le dossier.

Il y a 3 semaines, j'ai transmis à mon Inspection la demande de congé longue maladie en joignant un certificat médical comme demandé. Ma Médecin Traitant (MT) m'a dit qu'elle ne mettait pas de pathologie, que c'était confidentiel, que le comité médical demanderait si nécessaire.
Samedi dernier j'ai donc reçu un courrier me demandant le fameux certificat médical précisant la pathologie, sous plis confidentiel. Coup de fil à MT, passage au cabinet pour récupérer le doc, envoi en lettre prioritaire (j'ai rajouté les comptes rendus du scanner et de la consultation rhumato). Si j'ai bien compris, il va maintenant falloir que j'aille voir un médecin (rhumato je suppose) expert (quand on m'aura envoyé la liste des médecins) qui donnera son avis, puis le comité médical statuera à propos de ma demande …

Et là c'est un peu la panique, parce que je doute que tout cela soit fait avant fin octobre … Parce que fin octobre, mon salaire c'est demi traitement, et que même s'il y a rattrapage assez rapide si je suis en CLM (Congé Longue Maladie), ça va être très très compliqué.
Et si le comité médical refuse le CLM, je serai obligée de retourner au boulot …
Ma complémentaire, la MGEN, verse bien une aide aux enseignants à demi traitement, pour atteindre 80% du salaire, mais ça ne suffira pas non plus (et pourtant on ne fait rien d'extravagant, la Maison du Canal et l'Ecole de Musique étant nos seuls "luxes"…).
[Edit de 20h40 : il semblerait que la MGEN complète assez bien, mieux que ce que je pensais, et que donc ça devrait pouvoir aller. Je les appelle demain].
Jeudi j'appelle mon syndicat pour avoir des infos sur comment ça se passe, qui participe à ce comité … 

Bref … J'ai un peu de mal en ce moment avec le conseil de MT qui me dit de me poser, de me reposer, pour récupérer un peu de sérénité … 

Q plage Cap Ferret 09052015.jpg

Plage du Cap Ferret, mai 2015, photo QH