Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2019

Collège

Il y a deux semaines, j'ai donc passé le jeudi et le vendredi au collège, celui qui est juste à 5 minutes de chez moi, le collège de secteur de mon école, celui des trois premiers Grands Mecs et donc le futur collège de P'tit Mec N°4 (en septembre 2020).

Je suis allée voir comment ça se passait dans les cours d'histoire-géo-EMC (Education Morale et Civique). 4h le jeudi et 5h le vendredi (les 3e de 16h à 17h, ça dépote !).
J'ai pu voir tous les niveaux de classe, chaque classe était à un moment différent du programme, les deux profs étaient très sympa et très dynamiques … A un moment, avec des 5e, je suis allée donner un coup de main à un groupe qui était un peu perdu dans sa recherche dans les documents du bouquin (la double page sur François 1er, cool), et j'ai pu constater que c'est beaucoup plus confortable physiquement, pas besoin de se pencher tout le temps (et aussi que j'ai de beaux restes de connaissances, vu le sourire adressé par la prof à un moment où je levais la tête) !
J'ai beaucoup aimé et ça m'a confortée dans mon envie de remplir le dossier et de demander mon détachement.

Les deux profs ont confirmé que ça allait être beaucoup de boulot pour mettre les cours en place, surtout la première année … Petit coup de panique, peur de ne pas savoir gérer… (bon, en ce moment tout me parait insurmontable régulièrement côté classe/direction … j'y arrive, au prix d'une énorme fatigue … mais je me dis que pour quelque chose qui me plaira vraiment, ça devrait être plus simple).

Impression bizarre en salle des profs où j'avais l'impression de ne pas être à ma place … (#imposteur , bonjour !), et où j'ai du expliquer une bonne dizaine de fois ce que je faisais là. Certains anciens profs des Grands Mecs sont venus demander des nouvelles, c'était bien sympa.

J'ai aussi vu plein d'anciens élèves, des 6e qui se cachaient presque derrière leurs livres pour que je ne les vois pas, aux 3e qui venaient discuter. Marrant de voir comment ils ont grandi (genre ils me dépassent tous d'une tête alors qu'il n'y a pas si longtemps ils s'accrochaient à ma jambe d'une main, leur doudou dans l'autre) !

Deux belles journées, donc !

WP_20190523_001.jpg
Salle des profs, vide ...

photo moi

24/04/2019

Reprise

C'était hier, et ça n'a pas été simple …
Heureusement que SuperKiné avait mis un rendez-vous à 17h30.
Ce matin c'est "sciatique le retour bien carabiné", migraine et Ibuprofène ...

C'est pas mal le bazar dans la classe (jeux mélangés, à la limite de la chute au dessus de l'armoire, feuilles oubliées qui trainent …), j'ai beaucoup de mal avec ça, j'ai besoin d'un environnement ordonné pour travailler (à la maison aussi). Alors j'ai rangé un peu …
Je n'ai rien dit, je ne serai pas beaucoup dans la classe (sur les 11 semaines, il n'y en aura que 4 où je serai là deux jours), je remettrai tout en ordre avant les grandes vacances pour repartir du bon pied à la prochaine rentrée.

Les gamins ont été très bruyants et pas attentifs du tout, mais ça je le savais. Pas de surprise, ce sont les mêmes prénoms qu'on répète 100 fois par jour.

Bref … 

WP_20190423_001.jpg
"Mon" chêne, dans la cour de récré

photo moi, 23 avril 2019

28/03/2019

Histoire Géo

Mardi dernier, j'ai donc rencontré la Conseillère Mobilité Carrière à l'annexe du Rectorat, une dame charmante.
J'ai expliqué mes soucis, mes envies, mes priorités (P'tit Mec N°4 notamment).
Elle a regardé mon CV, et m'a dit que la première chose qui lui venait à l'esprit c'était "prof d'histoire géo".

J'avoue, je suis restée un peu coite !
Comment ça, prof d'histoire géo ?

J'ai donc appris qu'il était possible d'être accueilli en détachement dans le corps des enseignants du second degré, certifiés (ou même agrégés), qu'il fallait pour cela être fonctionnaire de catégorie A (je le suis) et titulaire "des titres et diplômes requis", soit en ce qui me concerne, une licence en histoire ou géographie (j'ai l'équivalent d'un M1).
Il faut remplir un dossier, joindre un CV et une lettre de motivation et divers autres documents. Il y a aussi un entretien avec les inspecteurs de la discipline "afin de juger de la motivation et des capacités du candidat à enseigner à un public du second degré".
Le dossier complet - avec avis favorable - passe alors en commission paritaire administrative nationale.

Si tout est OK, le détachement est prononcé pour 2 ans.
A priori, l'affectation provisoire se fait dans un collège (ou un lycée) pas trop éloigné de son domicile (tout dépend des postes à pourvoir), et pendant les 2 ans il y a une formation et un accompagnement prévu par l'académie. La rémunération se fait à l'échelon égal ou immédiatement supérieur à celui du corps d'origine.
L'ancienneté des services est maintenue.

Au bout des 2 ans, on peut demander à réintégrer son corps d'origine (Prof des Ecoles, donc) en participant au mouvement départemental (on ne retrouve pas son poste d'avant) ou alors on demande l'intégration définitive dans le corps des profs certifiés, et on participe aussi au mouvement, académique celui-là.

Prochain détachement possible, septembre 2020, dossiers à remplir dès la fin 2019.

Bien.

Depuis mardi, je cogite sec.
Parce que, quand même, prof d'histoire géo (et EMC), c'était ma première intention il y a fort fort longtemps.
Mais ça reste de l'enseignement.
Oui, mais c'est de l'histoire géo.
Ce sont des collégiens… 
Il y a 18 heures de cours contre 27.
Et plein de trucs nouveaux à préparer et des COPIES à CORRIGER (ben oui, ça, en maternelle, on y échappe).
Ça peut être loin de la maison.
Et P'tit Mec N°4 rentrera aussi au collège cette année là, ça va faire beaucoup de changements ; et le matin ? et à midi ?
Et avec mon ancienneté, je vais sûrement "piquer" un poste à un autre prof qui le "couvait" peut être depuis un moment.

Bref …

Je vais prendre une feuille, noter d'un côté les "plus" et de l'autre les "moins", tout ce qui me passe par la tête.
Je vais voir avec la principale du collège de secteur de mon école si un des profs d'histoire géo veut bien "m'embarquer" avec lui 2/3 jours que je me rende compte "en immersion" de ce que c'est vraiment.
Et continuer à réfléchir ;-)

(avec la conseillère, on a aussi parlé d'autres possibilités, mais rien ne peut vraiment convenir à ma situation).

CeIdJthXIAEuvjW.jpg large.jpg

 Illustrations Jack KOCH http://dangerecole.blogspot.fr 
Sur Twitter @Jackkochdessins

22/03/2019

Ecole

Dans un mois, très exactement le mardi 23 avril, je serai de retour à l'école.
Deux jours par semaine, lundi et mardi, le temps partiel thérapeutique ayant été accordé.
Après un peu plus d'un an d'arrêt (un an et 13 jours très exactement), les sentiments sont mitigés.

Soulagement d'avoir à nouveau un salaire entier (après remboursement du trop perçu de salaire de février - j'ai bien déposé mon arrêt de travail au début du mois, mais la gestionnaire devait être en vacances, et du coup il n'a été pris en compte qu'après la validation des salaires - et des cotisations MGEN qui n'ont pas pu être prélevées).
Soulagement d'avoir obtenu le temps partiel.
Soulagement de savoir que V. restera dans la classe pour compléter le mi-temps et qu'elle pourra aller au bout de ses projets (et me donner un coup de main pour m'y remettre).

Crainte de la douleur qui est toujours là et qui se réveille souvent sans prévenir dès que je fais un peu plus que pas grand chose.
Crainte de la fatigue, des migraines, des bourdonnements d'oreille qui ont presque disparu, la classe est TRES bruyante m'a dit V.
Crainte de ne pas arriver à gérer la vie de la classe avec des gamins qui n'écoutent RIEN (V. s'épuise à répéter 50 fois les consignes).
Crainte de ne plus "savoir faire", de ne plus avoir d'idées.
Crainte de me retrouver à nouveau sollicitée par mes collègues pour tout et pour rien (alors qu'il suffit parfois de réfléchir un peu).
Crainte d'être submergée par la direction, la fin d'année scolaire est toujours compliquée (j'ai même déjà reçu une invitation pour la réunion des directeurs du 4 avril … Je suis en arrêt de travail jusqu'au 5 inclus, alors ça sera sans moi).

La difficulté va être de faire comprendre à tout le monde que je vais prendre du recul, que je serai là moins tôt le matin et moins tard le soir, moins "corvéable".
Et que si ça ne va vraiment pas, ça sera "stop" à nouveau.

Mardi prochain, le 26, j'ai rendez-vous au Rectorat avec la personne qui s'occupe des reconversions (pas facile de savoir qu'elle existe, pas facile de savoir où la joindre).
Elle m'a dit de venir avec mon CV, pour qu'on "puisse voir" …
Sauf qu'à part mes différentes affectations, il n'y a pas grand chose dessus … 
J'emmènerai aussi la fiche du poste de "Coordonnatrice de Réseau Rural d'Education" que j'ai occupé pendant 2 ans et qui ne figure pas dans mon CV officiel Educ Nat puisque j'étais toujours directrice de mon école. Je l'ai relue, ainsi que le bilan effectué quand j'ai démissionné de ce poste purement administratif au bout de 2 ans, et mine de rien, j'ai quand même une bonne expérience de gestion de moyens.

A suivre donc …
En attendant, je vais essayer de vivre les prochains jours sans en faire un compte à rebours …
C'est pas gagné.

Noir et blanc Jour 2.jpg
Bureau de l'école, janvier 2018

photo moi