Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/03/2019

Histoire Géo

Mardi dernier, j'ai donc rencontré la Conseillère Mobilité Carrière à l'annexe du Rectorat, une dame charmante.
J'ai expliqué mes soucis, mes envies, mes priorités (P'tit Mec N°4 notamment).
Elle a regardé mon CV, et m'a dit que la première chose qui lui venait à l'esprit c'était "prof d'histoire géo".

J'avoue, je suis restée un peu coite !
Comment ça, prof d'histoire géo ?

J'ai donc appris qu'il était possible d'être accueilli en détachement dans le corps des enseignants du second degré, certifiés (ou même agrégés), qu'il fallait pour cela être fonctionnaire de catégorie A (je le suis) et titulaire "des titres et diplômes requis", soit en ce qui me concerne, une licence en histoire ou géographie (j'ai l'équivalent d'un M1).
Il faut remplir un dossier, joindre un CV et une lettre de motivation et divers autres documents. Il y a aussi un entretien avec les inspecteurs de la discipline "afin de juger de la motivation et des capacités du candidat à enseigner à un public du second degré".
Le dossier complet - avec avis favorable - passe alors en commission paritaire administrative nationale.

Si tout est OK, le détachement est prononcé pour 2 ans.
A priori, l'affectation provisoire se fait dans un collège (ou un lycée) pas trop éloigné de son domicile (tout dépend des postes à pourvoir), et pendant les 2 ans il y a une formation et un accompagnement prévu par l'académie. La rémunération se fait à l'échelon égal ou immédiatement supérieur à celui du corps d'origine.
L'ancienneté des services est maintenue.

Au bout des 2 ans, on peut demander à réintégrer son corps d'origine (Prof des Ecoles, donc) en participant au mouvement départemental (on ne retrouve pas son poste d'avant) ou alors on demande l'intégration définitive dans le corps des profs certifiés, et on participe aussi au mouvement, académique celui-là.

Prochain détachement possible, septembre 2020, dossiers à remplir dès la fin 2019.

Bien.

Depuis mardi, je cogite sec.
Parce que, quand même, prof d'histoire géo (et EMC), c'était ma première intention il y a fort fort longtemps.
Mais ça reste de l'enseignement.
Oui, mais c'est de l'histoire géo.
Ce sont des collégiens… 
Il y a 18 heures de cours contre 27.
Et plein de trucs nouveaux à préparer et des COPIES à CORRIGER (ben oui, ça, en maternelle, on y échappe).
Ça peut être loin de la maison.
Et P'tit Mec N°4 rentrera aussi au collège cette année là, ça va faire beaucoup de changements ; et le matin ? et à midi ?
Et avec mon ancienneté, je vais sûrement "piquer" un poste à un autre prof qui le "couvait" peut être depuis un moment.

Bref …

Je vais prendre une feuille, noter d'un côté les "plus" et de l'autre les "moins", tout ce qui me passe par la tête.
Je vais voir avec la principale du collège de secteur de mon école si un des profs d'histoire géo veut bien "m'embarquer" avec lui 2/3 jours que je me rende compte "en immersion" de ce que c'est vraiment.
Et continuer à réfléchir ;-)

(avec la conseillère, on a aussi parlé d'autres possibilités, mais rien ne peut vraiment convenir à ma situation).

CeIdJthXIAEuvjW.jpg large.jpg

 Illustrations Jack KOCH http://dangerecole.blogspot.fr 
Sur Twitter @Jackkochdessins

22/03/2019

Ecole

Dans un mois, très exactement le mardi 23 avril, je serai de retour à l'école.
Deux jours par semaine, lundi et mardi, le temps partiel thérapeutique ayant été accordé.
Après un peu plus d'un an d'arrêt (un an et 13 jours très exactement), les sentiments sont mitigés.

Soulagement d'avoir à nouveau un salaire entier (après remboursement du trop perçu de salaire de février - j'ai bien déposé mon arrêt de travail au début du mois, mais la gestionnaire devait être en vacances, et du coup il n'a été pris en compte qu'après la validation des salaires - et des cotisations MGEN qui n'ont pas pu être prélevées).
Soulagement d'avoir obtenu le temps partiel.
Soulagement de savoir que V. restera dans la classe pour compléter le mi-temps et qu'elle pourra aller au bout de ses projets (et me donner un coup de main pour m'y remettre).

Crainte de la douleur qui est toujours là et qui se réveille souvent sans prévenir dès que je fais un peu plus que pas grand chose.
Crainte de la fatigue, des migraines, des bourdonnements d'oreille qui ont presque disparu, la classe est TRES bruyante m'a dit V.
Crainte de ne pas arriver à gérer la vie de la classe avec des gamins qui n'écoutent RIEN (V. s'épuise à répéter 50 fois les consignes).
Crainte de ne plus "savoir faire", de ne plus avoir d'idées.
Crainte de me retrouver à nouveau sollicitée par mes collègues pour tout et pour rien (alors qu'il suffit parfois de réfléchir un peu).
Crainte d'être submergée par la direction, la fin d'année scolaire est toujours compliquée (j'ai même déjà reçu une invitation pour la réunion des directeurs du 4 avril … Je suis en arrêt de travail jusqu'au 5 inclus, alors ça sera sans moi).

La difficulté va être de faire comprendre à tout le monde que je vais prendre du recul, que je serai là moins tôt le matin et moins tard le soir, moins "corvéable".
Et que si ça ne va vraiment pas, ça sera "stop" à nouveau.

Mardi prochain, le 26, j'ai rendez-vous au Rectorat avec la personne qui s'occupe des reconversions (pas facile de savoir qu'elle existe, pas facile de savoir où la joindre).
Elle m'a dit de venir avec mon CV, pour qu'on "puisse voir" …
Sauf qu'à part mes différentes affectations, il n'y a pas grand chose dessus … 
J'emmènerai aussi la fiche du poste de "Coordonnatrice de Réseau Rural d'Education" que j'ai occupé pendant 2 ans et qui ne figure pas dans mon CV officiel Educ Nat puisque j'étais toujours directrice de mon école. Je l'ai relue, ainsi que le bilan effectué quand j'ai démissionné de ce poste purement administratif au bout de 2 ans, et mine de rien, j'ai quand même une bonne expérience de gestion de moyens.

A suivre donc …
En attendant, je vais essayer de vivre les prochains jours sans en faire un compte à rebours …
C'est pas gagné.

Noir et blanc Jour 2.jpg
Bureau de l'école, janvier 2018

photo moi

 

06/05/2018

Reprise

Les vacances sont terminées, demain il faut y retourner.
Ça sera sans plaisir et sans motivation ... mais pour le moment je n'ai pas d'autre solution.

WP_20180506_001.jpg

photo moi

18/04/2018

Repos ... presque

Depuis une semaine, je suis au repos ...
Sur l'ordonnance, il y a sieste, bouquins, musique ...
Ça fait du bien !

Sauf que ...

Sauf qu'au détour d'un mail de l'Inspection (je surveille la bàl de l'école de loin), je découvre que la commune n'a pas transmis sa décision concernant le retour à la semaine de 4 jours, décision qui a été prise le 4 mars vais-je apprendre en lisant l'extrait de PV du Conseil Municipal que j'ai demandé. N'étant pas au courant, je n'ai pas pu proposer le vote du conseil d'école, vote qui est obligatoire. Coup de fil à l'Inspection, coup de fil au maire ...
Qui se fait copieusement enguirlander (par le maire) ? Qui doit organiser en urgence un conseil d'école extraordinaire sans quoi les 4 jours c'est mort ?

EducNat 1 / Arrêt Maladie 0

Sauf qu'Affelnet est ouvert et qu'il faut rentrer les renseignements des volets 2 dans l'application. Vous ne comprenez rien ? Mes collègues non plus.
Affelnet, c'est l'application qui permet de gérer les passages en 6e, dans quel collège, quelles langues vivantes etc ... Quand c'est collège de secteur, c'est pas trop compliqué ; quand c'est 6e dans le privé c'est encore plus simple.
Mais là, il y a un gamin en grandes difficultés qu'il faut orienter au mieux, en expliquant aux parents tel refus, telle démarche, récupérer les documents à remplir, les document à transmettre d'urgence.
Qui va à la REE (réunion d'équipe éducative) ? Qui passe son WEnd à préparer une grande enveloppe avec tous les documents ? Qui s'inquiète parce que les parents ne réagissent pas et que ça urge (le gamin a oublié de donner l'enveloppe de docs à ses parents) ?

EducNat 2 / Arrêt Maladie 0

On va me dire qu'au lieu de râler je ferais mieux de ne pas m'en occuper puisque je suis en arrêt ...
Ce n'est pas aussi simple que ça, malheureusement.
M
ais c'est bien pénible de ne pas pouvoir lâcher vraiment les commandes de la direction (parce que la classe, elle, elle tourne nickel avec ma remplaçante).

J'ai moins mal, la kiné me fait du bien, mais il ne faut pas grand chose pour que les contractures et les maux de tête reprennent.
Il va falloir du temps et de la patience ...

17 avril 2018 (3).jpg
Première tulipe, noyée dans diverses mauvaises herbes dont l'arrachage est prévu cet aprèm !

photo moi