Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/05/2019

On ne va pas se mentir

On ne va pas se mentir, ce blog s'éteint doucement ...

Alors oui, je n'ai pas publié depuis quelques jours (un énorme "pépin" à digérer, je ne vais pas m'étaler), mais cela fait de longs mois que les visites se font rares (30 par jour en moyenne, certains visiteurs passent 2 fois) et que les commentaires sont en chute libre.

Depuis presque 10 ans, je cause ici de ma vie, de ce qui m'intéresse … mais j'ai l'impression d'être décalée. Ce blog n'a pas de page FB, pas de compte Instagram associé, pas de "sponso", ne participe pas à des projets de publication lancés par d'autres blogueurs (par manque de temps surtout).

J'ai beau me dire que je publie pour moi, pour garder une trace, comme un "journal", mais en fait non (je censure pas mal). En ouvrant ce blog, j'avais envie de partage ...

Pour le moment, je continue à publier. Il faut que je récupère les photos de la cathédrale pour finir la série sur le Musée de l'Oeuvre Notre Dame, et j'aurai sûrement des tas de choses à dire sur mes deux jours au collège à la fin de la semaine prochaine … 

Bises.

Banniere fevrier 2011.jpg

25/04/2019

Monsieur de Sainte Colombe est mort deux fois

Jean Pierre Marielle est mort hier, 24 avril 2019 à 87 ans.
Pour moi, il restera Monsieur de Sainte Colombe, violiste, compositeur, maître de Marin Marais, qu'il a si formidablement interprété dans le film Tous les matins du monde.

"J'ai joué devant Monsieur de Sainte Colombe", m'a dit un jour malicieusement MP, ma prof de viole de gambe, "il a été charmant, il est venu nous féliciter après le concert".

Au revoir Monsieur.

Tuttelemattinedelmondo-1991.png


Illustration et vidéo empruntées à l'Internet mondial

18/04/2019

La Vierge du pilier

La première fois que je l'ai vue, j'étais en 4e (il y a fort fort longtemps, donc).
L'Alliance Française avait organisé un voyage à Paris et avec mes copines de Sainte Philo, l'école privée de la Sous-Pref voisine de la mienne, on s'était bien amusées.
Sa grâce et son sourire énigmatique m'avaient marqués.

Puis je l'ai revue, à l'aube des années 90. J'ai osé une photo (et essuyé le regard réprobateurs des dames dérangées dans leurs dévotions par le clac de l'appareil) qui m'a longtemps accompagnée, près de mon bureau, dans les différents lieux où j'ai habité.

WP_20190418_001.jpg
photo moi

En 2004, je l'ai aperçue de loin. Il y avait une messe, et je n'ai pas pu m'approcher.
A deux autres reprises, je suis passée près de la cathédrale, sans avoir le temps d'aller la saluer.

Lundi soir, en regardant brûler la charpente de Notre Dame, en voyant tomber la flèche, je pensais à elle. Avait-elle pu être déposée, sauvée ?

J'ai scruté les photos de l'intérieur de la cathédrale, j'ai vu qu'elle était toujours à sa place, près du pilier, à droite du chœur, qu'elle ne semblait pas avoir souffert de la catastrophe.

D4VdHlAW0AA8uzg.jpg
On l'aperçoit tout à droite
Photo Christophe PETIT TESSON / POOL / AFP

J'ai ressorti la photo rangée depuis notre emménagement dans la maison du canal, je l'ai accrochée sur le mur au dessus de mon bureau.
J'espère que je pourrais revoir un jour "en vrai"  la Vierge du pilier.

D4QRicDXoAARDHs.jpg
J'ai oublié de noter le nom de l'auteur de cette magnifique photo … 

28/03/2019

Histoire Géo

Mardi dernier, j'ai donc rencontré la Conseillère Mobilité Carrière à l'annexe du Rectorat, une dame charmante.
J'ai expliqué mes soucis, mes envies, mes priorités (P'tit Mec N°4 notamment).
Elle a regardé mon CV, et m'a dit que la première chose qui lui venait à l'esprit c'était "prof d'histoire géo".

J'avoue, je suis restée un peu coite !
Comment ça, prof d'histoire géo ?

J'ai donc appris qu'il était possible d'être accueilli en détachement dans le corps des enseignants du second degré, certifiés (ou même agrégés), qu'il fallait pour cela être fonctionnaire de catégorie A (je le suis) et titulaire "des titres et diplômes requis", soit en ce qui me concerne, une licence en histoire ou géographie (j'ai l'équivalent d'un M1).
Il faut remplir un dossier, joindre un CV et une lettre de motivation et divers autres documents. Il y a aussi un entretien avec les inspecteurs de la discipline "afin de juger de la motivation et des capacités du candidat à enseigner à un public du second degré".
Le dossier complet - avec avis favorable - passe alors en commission paritaire administrative nationale.

Si tout est OK, le détachement est prononcé pour 2 ans.
A priori, l'affectation provisoire se fait dans un collège (ou un lycée) pas trop éloigné de son domicile (tout dépend des postes à pourvoir), et pendant les 2 ans il y a une formation et un accompagnement prévu par l'académie. La rémunération se fait à l'échelon égal ou immédiatement supérieur à celui du corps d'origine.
L'ancienneté des services est maintenue.

Au bout des 2 ans, on peut demander à réintégrer son corps d'origine (Prof des Ecoles, donc) en participant au mouvement départemental (on ne retrouve pas son poste d'avant) ou alors on demande l'intégration définitive dans le corps des profs certifiés, et on participe aussi au mouvement, académique celui-là.

Prochain détachement possible, septembre 2020, dossiers à remplir dès la fin 2019.

Bien.

Depuis mardi, je cogite sec.
Parce que, quand même, prof d'histoire géo (et EMC), c'était ma première intention il y a fort fort longtemps.
Mais ça reste de l'enseignement.
Oui, mais c'est de l'histoire géo.
Ce sont des collégiens… 
Il y a 18 heures de cours contre 27.
Et plein de trucs nouveaux à préparer et des COPIES à CORRIGER (ben oui, ça, en maternelle, on y échappe).
Ça peut être loin de la maison.
Et P'tit Mec N°4 rentrera aussi au collège cette année là, ça va faire beaucoup de changements ; et le matin ? et à midi ?
Et avec mon ancienneté, je vais sûrement "piquer" un poste à un autre prof qui le "couvait" peut être depuis un moment.

Bref …

Je vais prendre une feuille, noter d'un côté les "plus" et de l'autre les "moins", tout ce qui me passe par la tête.
Je vais voir avec la principale du collège de secteur de mon école si un des profs d'histoire géo veut bien "m'embarquer" avec lui 2/3 jours que je me rende compte "en immersion" de ce que c'est vraiment.
Et continuer à réfléchir ;-)

(avec la conseillère, on a aussi parlé d'autres possibilités, mais rien ne peut vraiment convenir à ma situation).

CeIdJthXIAEuvjW.jpg large.jpg

 Illustrations Jack KOCH http://dangerecole.blogspot.fr 
Sur Twitter @Jackkochdessins