Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/04/2011

Camelot

Ce qui est sympa, dans mon boulot, c'est que je joue, beaucoup !!

Plein de représentants viennent nous montrer des choses plus ou moins intéressantes pour faire travailler les enfants, et notamment en maternelle, des jeux (il nous font aussi dépenser plein de sous, c'est toujours assez cher). C'est comme ça que, il y a quelques jours, j'ai découvert ça :

Camelot Jr chez Smart Games

 

montage 1.jpg

Dans la boite, une plaque et des pièces en bois qui permettent de construire un château et deux figurines : la princesse et le chevalier

montage 2.jpg

Le principe est simple, c'est un casse tête : une situation de départ, des pièces imposées qu'il faut toutes utiliser et placer, pour que le chevalier puisse rejoindre la princesse (pour la sauver bien sûr). Le chevalier de ce jeu est un peu benêt : il ne peut que marcher sur du plat ou monter (et descendre) des escaliers ; pas question pour lui de grimper ou de sauter ... c'est un intello pas sportif pour deux sous !!! (il y a aussi quelques contraintes dans la façon de poser les pièces, sinon c'est trop simple).

montage 3.jpg

Le jeu est accompagné d'un livret qui comporte 48 défis : au recto, le défi, au verso, la solution. 4 niveaux, de "starter" à "master" en passant par "junior" et "expert". De 4 à 99 ans dit la notice !
La boite est prévue pour 1 seul joueur ; les plus jeunes peuvent chercher à 2.

J'ai testé le jeu à la maison : il a fait un carton auprès de P'tit Mec N°4 qui s'est amusé à empiler les pièces en bois, et de l'Homme qui a commencé par résoudre les premièrs défis de tête avant de se servir des pièces (et de terminer la série).
Je l'ai aussi utilisé à l'école en Aide Personnalisée (pour commencer en tout petit groupe) avec les 3 garçons du jeudi et les 3 filles du mardi : ils ont adoré !! (excellent pour travailler les positions dans l'espace !!).

Une chouette bonne idée de cadeau, pour un(e) gamin(e) qui aime la réflexion et l'observation, qu'on trouve dans le commerce pour plus ou moins 30 euros ( par exemple, ou encore , et ailleurs sûrement).

photos moi

 

02/04/2011

DRH

Dans mon école (notre école, nous sommes 3), je suis la maîtresse de la maternelle mais aussi la directrice.
Il m'arrive donc, régulièrement, d'avoir à gérer des situations qui me mettent un peu mal à l'aise (je ne parle pas de la demande de subvention exceptionnelle pour l'achat de mobilier, nous sommes "économes" et la commune est sympa).

 

drh,recrutement,atsem


L'autre jeudi avait lieu la traditionnelle réunion de la commission scolaire réunissant le Maire du village, ses adjoints, mes collègues et moi.


Comme tous les ans, nous devions étudier les demandes de dérogation pour les inscriptions.
Notre école est petite et sympa, les parents d'élèves sont dynamiques, il se passe pas mal de choses. Du coup, beaucoup de parents habitant les quartiers de la ville voisine proche de l'école souhaitent inscrire leurs enfants chez nous. C'est plutôt une bonne chose pour nos effectifs. Mais ..... (il y a toujours un "mais ..." !)
J'ai dans ma classe les 3 sections de maternelle, une de mes collègues a le CP-CE1 et l'autre le CE2-CM1-CM2. Il faut faire attention que cette classe ne soit pas surchargée, et donc faire des "projections d'effectifs" sur au moins 5 ans.
Du coup, nous ne pouvons pas accepter tout le monde ; et comme tous les ans il y aura des déçus.


Et puis, à la fin de cette année scolaire, S. , mon ATSEM, prendra sa retraite. Il faut donc la remplacer. Un petit mot dans le journal communal, le bouche à oreille … et 15 candidatures à étudier.

Le Maire et son équipe en ont sélectionné 7 sur les 15 ; il m'a demandé d'en faire autant, pour ensuite "croiser" nos choix.
Je me suis retrouvée avec 15 CV et 15 lettres de motivation à lire (et un verre de Gewurtztaminer à boire, la commune sait recevoir !)

Comment faire un choix, sur quels critères ? Des personnes connues et d'autres qui ne le sont pas ; des personnes qui ont besoin de travailler ; des personnes avec qui JE ne souhaite pas travailler ; des personnes qui n'ont jamais ou très peu travaillé avec des enfants ; des très jeunes, des moins jeunes …..

J'ai pris mon temps, j'ai lu, j'ai fait plusieurs tas devant moi, j'ai relu …. j'avais les mains qui tremblaient … mais j'y suis arrivée, j'ai choisi 7 candidates, avec un gros noeud à l'estomac pour les 8 autres …

 

Prochaine étape, les entretiens individuels …drh,recrutement,atsem
"20 minutes pour se vendre" comme a dit Monsieur le Maire
Ca m'angoisse déjà ...
Je n'ai pas l'âme d'une DRH !!

Photos moi ; la jolie déco installée par S. sur la table de l'entrée de la maternelle quand nous avons raconté l'histoire de Chocoline, la poule de chocolat qui cherchait le printemps.

19/02/2011

Masqués !

Avec un peu d'avance (en raison des vacances scolaires de la zone B qui commencent) nous avons fêté carnaval hier à l'école, avec un grand "bal costumé" sur le thème du voyage (non, vous n'aurez pas de photo de mon déguisement d'hôtesse de l'air !!).

Nous avons aussi fabriqué des masques que les enfants ont ramenés à la maison.

Une assiette en carton, de la peinture, de la laine, des rubans, du tulle et un peu d'imagination (un pistolet à colle aussi ...) ... Et voilà !

 

 

bricolage, masque, carnaval

Merci à S. mon atsem, qui a deux mains droites (moi j'ai deux mains gauches ... ça s'équilibre !!)

photos moi

 

19/01/2011

Parcours mouvementé

J'avais commencé un billet en mode "Caliméro" à propos de mon travail.
Et puis j'ai arrêté. Pas évident de partager ce qui me met en rogne sur ce blog sans en dire trop …
Alors je me suis dit que j'allais plutôt raconter comment je suis devenue prof des écoles, ou instit, je préfère !
(rien de bien foudroyant ... un parcours juste un peu atypique, qui fait de moi une mère plutôt cool face à la scolarité de ses gamins, quoique ..... ; mais aussi une maman qui ne supporte pas les jugements hatifs de certains professeurs, qui se bat et montre les dents quand il le faut ... comme pour P'tit Mec N°2 en juin dernier).

 

L'histoire commence en 3ème (après une scolarité un peu bousculée par divers déménagements). Mon rêve, depuis longtemps, c'est de faire médecine, d'être chirurgien. Le hic, je ne suis pas très bonne dans les matières scientifiques ….
Le principal du collège me convoque un jour pour me dire qu'il s'oppose
à mon passage en 2ndC (S maintenant). Il accepte par contre ma demande pour une 2nd technologique conduisant à un bac F4 (à l'époque …) "Génie Civil, Métiers du bâtiments" …. (oui, c'est un choix un peu étrange, je peux développer si ça intéresse vraiment quelqu'un !!). Le programme de maths est le même qu'en "C". Ça ne lui pose aucun problème, au principal, qui me balance même qu'une seconde technologique c'est très bien pour moi puisque je ne ferai jamais d'études longues (connard ... désolée ça fait longtemps que ça me démange).

A la rentrée de septembre, me voilà donc dans un immense lycée, à l'autre bout de Lyon, où les filles, dans chaque classe, se comptent sur les doigts d'une main.
Pendant 3 ans, à moi les cours de dessin industriel, de résistance des matériaux, de métré, de topographie, d'installation de chantier et surtout d'atelier, où, en bleu de travail et chaussures de sécurité, j'apprendrais à souder, à poser du carrelage, à utiliser une dégauchisseuse et surtout …. à balayer !! (ne pas chercher à m'embaucher pour des travaux éventuels, j'ai tout oublié.)
Je fais aussi des maths, du français, et de l'histoire géo avec un prof génial. Sur son bureau traine un jour "Le chevalier, la femme et le prêtre" de Georges Duby dont il me conseille la lecture (j'ai adoré ...!).

J'ai mon bac, de justesse. Toujours aussi nulle dans les matières scientifiques, et pas vraiment meilleure dans les matières technologiques, je rate les concours d'écoles d'ingénieur … et n'arrive pas à intégrer un BTS ou un DUT.

En attendant d'y voir plus clair dans ce que je veux faire, je m'inscris en fac d'histoire.
Et là, tout d'un coup, je me retrouve dans mon élément. Je m'éclate, je bosse, j'enchaine un DEUG et une licence. Et je me lance dans une maîtrise en histoire médiévale.

Il me faut par contre subvenir à mes besoins … Je trouve assez rapidement un petit boulot d'employée de maison qui me laisse un peu moins de temps pour mes études.
Le mémoire est enfin bouclé (en 3 ans …) ; parallèlement, je prépare le CAPES, l'Agrégation et le concours de l'Ecole Normale d'Instit.
C'est beaucoup …

Je valide la maîtrise ; et je rate presque tout le reste : l'École Normale, elle, m'ouvre ses bras.


Et voilà : tu seras instit, ma fille !!

Album Qd je serais grande Maitresse d'école.jpg

Illustration