Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2013

Etat d'âme

Ce billet est volontairement elliptique et décousu. Il n'appelle pas forcément de commentaires.
J'avais envie de poser ces mots quelque part ; j'ai trouvé qu'ici, ça serait le bon endroit.


Samedi dernier j'ai vu passer un tweet.
Il ne m'était pas destiné, mais sur Twitter, quand on est abonné à plusieurs personnes et qu'elles communiquent entre elles, on peut lire ce qu'elles se disent (ce qui donne parfois l'impression d'écouter aux portes des conversations qui ne nous sont pas destinées ... bref ...).
Je l'ai parcouru rapidement.
Puis plus attentivement ...

Une sensation étrange et douloureuse du côté de l'estomac, m'a ramenée presque 40 ans en arrière, dans la cour d'une école.
Une mutation paternelle, un déménagement en cours d'année scolaire. Ma soeur et moi avons terminé l'année dans une petite école (privée) de la ville où habitait notre Mamie, chacune dans un lieu différent (avant de changer d'école à la rentrée de septembre ... et encore une fois à la rentrée suivante ... 4 écoles en 3 ans).
La gamine qui m'a accueillie et "prise sous son aile" à mon arrivée a décidé, au bout de quelques jours, que plus personne ne devait me parler, jouer avec moi, s'asseoir à côté de moi.
Les autres enfants l'ont fait.
Ils ont continué à vivre leur vie, comme si je n'étais pas là.
Ca fait mal, d'être mis à l'écart.
C'est long, un trimestre, quand on a 9 ans.
Sur la photo de classe, je suis raide comme un bâton, assise au beau milieu de tous les autres, les bras croisés, la mine revêche. Ne rien laisser paraitre ...

Sur Twitter, pour ne plus lire les messages des autres, il suffit de se désabonner de leur compte ; pour que les autres ne voient plus nos propres messages (et s'ils ne se désabonnent pas eux même) il n'y a pas d'autres solution que de les "bloquer".
J'ai décidé de tourner définitivement une page, de couper des ponts qui ne reliaient plus grand chose.
Je me suis désabonnée, j'ai "bloqué" ... ça ne "se fait pas", parait-il ...

Je ne regrette rien à part un mail épidermique ... qui a amené une réponse moralisatrice ...
Tourner sept fois le doigt au dessus de la touche "envoi" avant de cliquer !

Dans la semaine deux articles sont arrivés sous mes yeux.
Ici (clic) sur le blog J'arrête de râler, un billet sur "J'ai le pouvoir de refuser d'être victime" (tout à fait pour moi !).
Et le dossier de Psychologies Magazine de décembre 2013 sur "Amitié, pardonner ou pas" (page 100).

16/11/2013

Inventaire ...

Un Grand Mec N°2 de passage pour le week end ...

Un froid de canard lundi pour la Cérémonie du 11 Novembre (et donc rhume )...

4 journées complètes de classe, d'affilée ...

Un Conseil d'Ecole ...

De l'APC (aide pédagogique complémentaire) ...

Un rendez-vous avec des parents ...

Une migraine carabinée ...

Un devoir de math (beurk l'algèbre) et un devoir d'histoire (sur les Régimes Totalitaires des Années 30) à préparer avec P'tit Mec N°3 ...

Une soirée solo (en même temps que la migraine sinon c'est pas drôle) ...


J'ai pas réussi à écrire un billet pour aujourd'hui ... Désolée ...

WEnd Toussaint modif.JPG
La plaine d'Alsace, vue d'un château au dessus de notre sous-préfecture
(on voyait même la cathédrale au loin)

Photo moi Toussaint 2013

13/11/2013

4 ans

Demain, Petits Propos Décousus aura 4 ans.

En 4 ans, il s'est passé plein de choses dans ma vie, et j'aime que ce blog en soit la mémoire.

Grâce à lui, j'ai rencontré des tas de gens, virtuellement et "pour de vrai". Des amitiés sont nées ; certaines perdurent, d'autres sont retombées un peu comme un soufflé ...

Grâce à lui, j'ai découvert d'autres blogs et leurs auteurs. J'ai lu, réfléchi, admiré ; j'ai eu envie d'essayer des choses, j'ai cuisiné ...

Grâce à lui, et aux commentaires sous les billets,  j'ai eu un peu moins peur quand Grand Mec N°2 est entré chez les Compagnons du Devoir et qu'il est parti à Paris. Grâce à lui aussi, l'Homme a décroché un entretien dans une grande entreprise de notre sous-préfecture de province (nous attendons des nouvelles ...).

C'est pour illustrer ce blog que je me suis mise à faire des photos, et que j'y prend goût. Les compliments à propos des séries "Autour du canal" me vont droit au coeur, comme le nombre de visites sur le blog, toujours très élevé sur ces billets là.

Seul petit regret, au fil des mois, si le nombre des "visiteurs" augmente doucement, les commentaires, eux, se font moins nombreux, la faute aux réseaux sociaux me dit-on ... C'est bien dommage ...

Demain Petits Propos Décousus va attaquer sa cinquième année d'existence ; j'espère vous retrouver nombreux sur ces pages, c'est ce qui me donne envie de continuer !
Merci à vous de venir me lire ;-)

PB036235.JPG
vol d'oies sauvages au dessus du canal, 3 novembre 2013

photo moi

09/11/2013

Bilan du WEnd

Un train à l'heure à 12h06.
S. et C.  au bout du quai (avec C. et R. leurs maris).
Le plaisir de se revoir.

Des heures de discussions, de souvenirs (pas toujours les mêmes), une photo d'il y a longtemps, avec des mariés au milieu ...
Des éclats de rire, des blagues vaseuses (merci R. :-D ) ...
Le récit des dernières années, un accident grave qui s'est bien terminé, des ennuis de santé assez importants, des projets.
Des nouvelles des enfants, ... et du petit fils de C. et R.

Pas mal de bières, une bouteille de Picon bien entamée ...
Des tartes flambées au restau, une choucroute maison (et d'autres plats bien bons) ...

Des balades au bord du canal, en ville, dans les environs.

Une visite rallongée d'une demie journée (merci la pluie).
Un repas de "restes" lundi à midi.
Une grosse boule dans la gorge quand mon père est venu les chercher pour les emmener à la gare, pendant que je retournais à l'école.

La promesse qu'on tiendra, parce que notre amitié dure depuis si longtemps, de se revoir rapidement, de ne plus se laisser "bouffer" par la vie en laissant filer les années.

Modifiée.JPG
Quand trois quasi quinquagénaires font les andouilles ... (comme au lycée)

photo l'Homme