Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/03/2014

Happinez

J'en avais entendu parler, j'ai trouvé le n°2 chez mon marchand de journaux (le n°1 est déjà épuisé semble-t-il ...).
J'ai beaucoup aimé.
Je vais le racheter !

happinez.JPG

Plus d'infos par là : CLIC

Photo moi après ma lecture au soleil sur le pas de ma porte.

19/02/2014

Riche

A Noël, mon amie M. m'a offert ce bouquin :

P2166452.JPG

Illustrée par Marion Montaigne, cette BD est une enquête où Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot sont "mis en scène" avec beaucoup d'humour.

Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, c'est ce couple de sociologues qui, depuis des années, ont pris pour sujet d'étude "les riches". J'avais déjà parlé d'eux ici, il y a trois ans, au moment de la sortie d'un de leurs bouquins (c'est là "CLIC", et c'est toujours d'actualité).

Dans cette BD, grâce aux "déboires" de Philippe et Caroline, gagnants du Loto, les trois auteurs nous expliquent ce que c'est qu'être riche (avoir beaucoup d'argent, oui ... mais pas que ...) ; ils nous montrent la diversité des formes de la richesse, l'importance de la transmission familiale, de l'état d'esprit, et de "l'entre soi", les "mécanismes" qui font que l'argent (et le pouvoir) restent concentrés dans certains "beaux quartiers".

Le dernier chapitre ouvre une réflexion intéressante sur ce qui pourrait être fait pour que les choses changent, et que les richesses soient mieux réparties. J'aime particulièrement la dernière planche :

P2166448.JPG
- Et sinon, tu sais ce qu'il faudrait faire ?
Prendre exemple sur les riches ...
... être solidaires, organisés et mobilisés !

Bonne lecture !

Riche, pourquoi pas toi ?
Marion Montaigne, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot
Dargaud 2013

 

les photos d'illustration sont de moi.

04/05/2013

De mère à fils

C'est le titre d'un petit bouquin, trouvé un jour (quand P'tit Mec N°4 était encore un bébé en écharpe qui ne courrait pas dans tous les rayons) au hasard d'une déambulation dans les rayons de la Fnac de notre capitale régionale (et européenne).

De mères à fils bouquin.jpg

Plein de petites phrases, de petites choses simples ...
On peut ne pas en apprécier certaines, d'autres font sourire ...
Moi j'aime bien ...

Celle là, par exemple :

P1030280.JPG
Spéciale dédicace à P'tit Mec N°3 !! ;-)

photos Amazon et moi.
Existe dans toutes les versions : mère/ fils, mère/fille, père/fils et père/fille ...

17/04/2013

La discipline, un jeu d'enfant

C'est grâce à Mary, du blog Ker Mary que j'ai chargé dans mon Kindle, et lu, en deux jours, La discipline, un jeu d'enfant de Brigitte RACINE.

La discipline, un jeu d'enfant.jpg

Les bouquins sur l'éducation des enfants, je n'en ai pas lu beaucoup et c'est assez récent d'ailleurs.

Dans celui-ci, j'ai aimé l'idée d'un temps d'exclusivité, de 20 minutes, plusieurs fois dans la semaine (idéalement 3 fois) avec chaque enfant, où l'on est totalement disponible pour l'enfant, qui décide lui même du programme. Pas de télé, pas de téléphone, pas d'ordinateur : être totalement présent à l'enfant. J'ai déjà remarqué qu'il suffit de s'intéresser un moment à ce que fait P'tit Mec N°4, à jouer avec lui, pour qu'après il arrive à s'occuper seul de grands moments. A l'inverse, si on ne répond pas à sa demande à un moment ou à un autre de la journée, il va être sur notre dos tout le temps, avec des demandes incessantes, pour qu'on s'occupe de lui.

J'ai aimé la définition de la discipline comme des règles claires et constantes, entraînant une conséquence lorsqu'elles sont enfreintes ; comme un signal "arrêt" ou des limites pour protéger.

J'ai aimé les deux questions à se poser avant d'intervenir auprès de son enfant :
- Est-ce dangereux pour sa sécurité physique, pour celle des autres, pour des objets, pour l'entourage ?
- Cela aura-t-il un effet sur sa vie actuelle, sur sa vie dans 10, 15 ou 20 ans ?
Si la réponse est "non" au deux questions, inutile d'intervenir. Un "oui" à la première question nous fait réagir au quart de tour. La deuxième question nous interroge sur ce que nous voulons transmettre à nos enfants, nos valeurs.

J'ai aimé le chapitre sur "En avez-vous assez de répéter ?".
L'auteur propose de ne plus répéter, mais de prendre par la main l'enfant pour l'emmener faire ce qu'on lui demande (après un petit temps d'attente pour voir s'il réagit). Elle part du principe qu'en répétant sa demande, le parents habitue l'enfant à attendre la troisième ou la quatrième demande pour agir ... Le parent s'énerve, crie, menace ...
Je connais bien ...
L'auteur propose aussi l'action à la place de trop de paroles (là, dans mon Kindle, c'est à 49% ...), une conséquence logique et raisonnable pour aider l'enfant à se responsabiliser. Je cite (à 49% donc) : "A partir de maintenant, je vais te le dire une seule fois. Si tu ne ranges pas tes jouets, je le ferai à ta place, mais tu en seras privé pendant deux semaines. Je serai triste d'avoir à le faire". L'enfant n'est pas "puni" (privé de quelque chose qu'il aime), l'intervention se fait au niveau des jouets, cause du problème. Par contre, il faut agir, même si cela nous parait difficile : en voyant le parent mettre en oeuvre, faire toujours ce qu'il a dit, l'enfant sera sécurisé et lui fera confiance.
J'ai pu constater que ça fonctionne : à l'école, mes élèves savent que je fais toujours ce que je dis (ça doit être plus facile avec les enfants des autres) !

J'ai aimé l'idée de réparation comme alternative à la punition.
Je cite (à 66% dans mon K.) : "Réparer ses fautes, c'est bien davantage qu'un moyen de discipline. C'est un acte d'amour et de foi en l'enfant, en ce qu'il a de plus humain et de meilleur. La réparation grandit, anoblit et humanise. C'est une façon d'être plutôt que de faire."
La réparation, c'est compenser les conséquence d'une erreur, dédommager la personne à qui on a causé du tort : l'enfant doit effectuer une tâche pour permettre à son parent de gagner du temps, s'il a mis tout le monde en retard en traînant pour s'habiller le matin. Chacun est tenu de réparer le tort qu'il cause (ou de demander réparation pour le tort qu'il a subit), adulte comme enfant ; les excuses c'est bien, mais ce n'est pas suffisant ... (attention, la réparation ne doit pas être humiliante, le "fautif" peut refuser une demande qui ne respecte pas sa dignité).
On peut utiliser la réparation dès que l'enfant est en age de "causer du tort à un autre" et de comprendre ce qu'il a fait.
Chez les ados, c'est peut être un peu plus compliqué ... Je vais tester (l'auteur donne des pistes), j'ai un bon panel pour le faire !!
L'auteur dit aussi qu'il est toujours temps de réparer ses fautes, même après des années ...

Je cite un bout de la conclusion : "En tout enfant, il y a cet enfant unique et merveilleux qui n'attend qu'un adulte ayant foi en lui et le traitant comme un être digne pour apprendre à bien se comporter et à s'épanouir au contact des autres. En tout parent, il y a une personne qui aspire profondément à donner le meilleur de soi même et à être un modèle de réalisation pour son enfant."

Un livre que j'ai aimé, que je vais relire, et que je conseille !

 

La discipline, un jeu d'enfant de Brigitte RACINE
Éditions de l'Hôpital Sainte-Justine (1 janvier 2008)
128 pages
Brigitte RACINE est infirmière, et psychothérapeute
Image empruntée chez Amazon