Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/01/2010

Basse de Viole

 

 

basse de viole.JPGParmi les CD que j'écoute très régulièrement figure celui de la bande originale du film « Tous les matins du monde » de Alain Corneau sur un scénario de Pascal Quignard.
76 minutes de pur bonheur (pour moi ; pour l'Homme ça serait plutôt Verdi ou Wagner !) : des œuvres pour viole de gambe signées Lully, Couperin, Marin Marais ou Monsieur de Sainte Colombe, interprétées par Jordi Savall (des extraits ).

La viole de gambe, je l'ai découverte à travers ce film et elle m'a toujours intéressée. J'aime ses sonorités graves et mélancoliques, sa forme, la façon de la tenir contre soi pour en jouer.
Il se trouve que MP, la prof de flûte à bec de P'tit Mec N°3 (qui fait maintenant de la trompette) joue et enseigne la viole de gambe.

J'ai mis longtemps avant de me décider à lui parler de mon envie de jouer de cet instrument. Nous en avons beaucoup discuté. Prendre des cours ne pose pas de problème, trouver une viole si !
J'ai regardé sur Internet et les prix m'ont affolée. La viole est un instrument rare, fabriqué par un luthier, donc cher, très cher !

A la location peut être ?

MP m'a alors indiqué le nom d'Alain Meyer, son luthier. Il pourrait peut être m'aider, pensait elle, avant d'ajouter : « Vous verrez, c'est un artiste ».

J'ai donc joint Alain Meyer par téléphone mi juin. « Une basse de viole à 7 cordes  ? » Oui, il devrait pouvoir faire « quelque chose » pour moi, je devais le rappeler mi août.

Mi août : Oui, il avait « quelque chose » mais « ce » n'était pas prêt. Que je le rappelle dans 15 jours.

Début octobre, après plusieurs échanges téléphoniques tout aussi laconiques, nous voilà, l'Homme et moi en direction de l'atelier du luthier.

Nous nous perdons un peu en route mais finissons par trouver l'endroit.

Il faut encore se rendre tout au fond de la cour, emprunter un escalier en colimaçon, entrer dans la maison, grimper à nouveau 2 étages pour enfin arriver devant une porte où un petit carton nous invite à « entrer sans frapper ». Ce que nous faisons.

Alain Meyer est là, avec deux ou trois personnes. Ses premiers mots seront : « Vous connaissez Stradivarius ? ». Euhh, oui ...

Après nous avoir salué, il nous invite à prendre place là où nous pourrons.

Nous avançons dans une espèce de capharnaüm, rempli de violes, violons, violoncelles, contrebasses, cordes, chevalets, copeaux de bois, poussière, etc.

Nous finissons par trouver deux petites bergères Louis XV (incongrues en ces lieux, quoique ...) libres. Dans un coin, un tapis, une chaise assortie aux bergères, un pupitre, des partitions et une viole.

Alain Meyer est un artiste assurément. Pendant tout cet après midi là, nous le regarderons monter et démonter les cordes, poncer, limer, ajuster ; nous goûterons aussi son humour pince sans rire.

Enfin, « ce » que nous étions venu chercher est prêt.
Une basse de viole à 7 cordes.

Pas fabriquée spécialement pour moi, non ...

Mais une « caisse » chinoise * montée, préparée, vernie, terminée par le luthier.

Il s'installe sur la chaise, devant le pupitre et commence à jouer.....


Depuis deux ans donc, tous les lundi (enfin presque), je prends ma viole, mes partitions et je rejoins MP à l'école de musique. Elle est pleine de patience, ne dit rien si je n'ai pas eu le temps de travailler durant la semaine, me félicite parfois. Elle corrige ma position en faisant référence à Madame Henriette, la belle dame, fille de Louis XV, qui joue de la viole, sur le tableau qui meBasse de viole détail.JPG sert d'avatar.

Je fais travailler mes neurones (clé de Fa, clé d'Ut 3), les doigts de ma main gauche, ma main droite sous l'archet. Je me tiens bien droite, ma viole nichée contre moi.

Et je joue (enfin, j'essaye ;-) ).

 

* Alain Meyer, comme d'autres luthiers, achète en Chine des « caisses » de violes brutes, beaucoup moins chères. Ces « caisses » sont vernies, montées, préparées par lui dans son atelier. Cela permet d'offrir des violes d'étude à un prix beaucoup plus abordable. Mais rien ne vaut, pour qui peut en payer le prix, une viole fabriquée de A à Z par un luthier.


C'est décidé, pour mes 45 ans, je vais accepter la proposition d'Alain Meyer d'acheter ma viole en location vente !

crédit : moi ; TS

 

21/12/2009

Beaujolais

Alors voilà, nous (Les P'tits Mecs, l'Homme et moi) sommes chez Elle (et son Homme, sa grande Nana et son dernier P'tit Mec).

MO 21122009.JPG

Nous avons pas trop mal roulé malgré la neige qui continuait à tomber, à 60 km/h derrière les saleuses un moment sur l'autoroute. Les P'tits Mecs ont été sympa (ils grandissent faut dire).

Là au moment où j'écris, Elle s'agite pour nous faire à manger, un calme absolu règne dans la maison. Les plus grands sont au deuxième qui devant un ordi, qui devant une console. L'Homme doit être avec eux. P'tit Mec N°4 dort. Son Homme à Elle est parti bosser.
Et moi je PROFITE !!



De la fenêtre on voit :


Maillard 1.JPGMaillard 2.JPG


 

 

 

 

 

 

 

 

 

des vignes dans la neige, et le Mont Blanc (bon, faut le savoir ... c'est sur la photo de gauche, très loin au fond, à l'aplomb des garages !!).

 

crédit : moi

19/12/2009

Réunion parents professeurs

 

lycée.pngChose promise, chose due, je vais vous parler d'un moment formidable, je veux parler de la traditionnelle Réunion Parents Professeurs - avec des majuscules s'il vous plait - du lycée de P'tit Mec N°1 !


Étape 1 : plusieurs jours avant la date prévue, les parents sont destinataires d'une feuille A4 mentionnant ladite date, sur laquelle est imprimé un grand tableau à trois colonnes.
La feuille de rendez vous.

Sur la colonne de gauche, on peut lire des heures s'égrainant de 6 minutes en 6 minutes entre 13h30 et 18h00. Sur celle du milieu il faudra noter le nom du professeur, et sa matière sur celle de droite.
Il s'agit d'indiquer sur ce tableau (moi je les surligne) les heures où les parents sont disponibles.
La feuille donne aussi des indications sur la conduite à tenir lors de la réunion : être à l'heure, respecter la durée du rendez vous (6 minutes ...) pour éviter les retards et permettre la fluidité des déplacements dans l'établissement. Fichtre !


Étape 2 : le lycéen demande à chacun de ses professeurs de lui indiquer un horaire de rendez vous et le note sur sa feuille. Certains professeurs sont très demandés, il est donc difficile d' obtenir ce rendez vous (surtout s'ils ont plusieurs classes).
P'tit Mec N°1, lui, sélectionne les profs qu'il souhaite que j'aille voir, et aussi l'ordre (d'abord le prof d'histoire géo, sa meilleure moyenne ; le prof de physique plutôt vers la fin, moyenne bien trop basse ; le prof de SVT en dernier, histoire de me remonter le moral ; d'autres professeurs au milieu ; et surtout pas le prof de maths).


Étape 3 : la classe de P'tit Mec organise un « café humanitaire ». Les parents sont invités à faire des gâteaux dont les tranches leur seront vendues (en plus d'un café ou d'un thé) au profit d'une ONG allemande qui intervient en Birmanie. Les lycéens volontaires, chapeau de Père Noël sur la tête, déambuleront tout l'après midi dans les couloirs, un plateau à la main (P'tit Mec n'en sera pas, il n'aime pas ça ; et surtout il préfère profiter d'un après midi tranquille devant l'ordinateur).


Étape 4 : le jour J
Le premier rendez vous est à 16h24, il va falloir faire vite en sortant de l'école (à 16h00).
Zut, Madame l'Adjointe aux Affaires Scolaires veut me causer à propos du coup de froid de lundi. Je l'expédie un petit peu (en m'excusant beaucoup).

J'arrive au lycée et trouve miraculeusement tout de suite, une place pour me garer. Je me presse vers les portes tout en cherchant mon stylo dans mon sac à main. Je l'ai perdu. Ça ne va pas être pratique.
Dans le hall, sur une table, sont posées diverses feuilles : le nom des professeurs pour chaque classe, la répartition des professeurs dans les salles. Je prends un exemplaire de cette dernière.

16h24. Je suis devant la salle 109, le prof d'histoire géo a un peu de retard mais je n'attends pas longtemps. Je me présente, je suis la maman de P'tit Mec N°1. « Ahhhhh, P'tit Mec N°1, quel élève intéressant et intéressé. Il a une grande culture ..... » etc. Je bois du petit lait ... (et je savoure, ça ne va pas durer ).

Beaucoup de monde devant la salle suivante, chez la prof d'allemand. Je prends un sacré retard, mais j'ai bien fait d'attendre, elle apprécie P'tit Mec qui est un élève sérieux, qui travaille et qui améliore ses résultats (oufffff, l'allemand, c'est pas sa tasse de thé, au P'tit Mec).

Je copine ensuite avec la prof de français. Nous sommes fan toutes les deux des policiers historiques de Jean François Parot (et de son héros récurent, Nicolas Le Floch, commissaire au Châtelet, je vous en parlerai sûrement un jour). Léger désaccord sur Daenincks. Je lui explique deux trois trucs à propos de P'tit Mec. « Vous faites bien de me le dire, je comprends mieux. » Ça veut dire que la moyenne va un peu remonter ça ??

Trop de monde chez la prof d'anglais. Pas grave, son gamin est dans la classe de P'tit Mec N°3, on fera réunion parents profs chez elle ou chez moi, ou devant la porte de l'école.
Mon retard atteint bien 25 minutes par rapport à l'horaire.

Les profs de physique et de SVT sont dans deux salles en vis à vis, il n'y a personne dans le couloir, j'attends de voir lequel va se libérer en premier (je rappelle que P'tit Mec N°1 a programmé physique avant SVT, il faut toujours terminer par une bonne impression).

Raté.
Le prof de SVT est charmant, P'tit Mec a une moyenne qui frise le nirvana. Il apprécie que P'tit Mec travaille sérieusement pendant son cours sans se référer à ses notes et devoirs de l'an dernier. P'tit Mec (qui refait sa 2nd) est mort de rire quand je lui rapporte les paroles de son professeur. Pour me faire hurler, il évoque la possibilité de vendre à ses copains ses interros de l'an dernier, vu que ce sont les mêmes cette année ; finalement, il les informera gracieusement (et moi je comprends mieux la moyenne nirvanesque).

Pendant ce temps, le couloir s'est rempli de parents ayant rendez vous avec le prof de physique. Une personne entre dans la salle, j'en profite pour regarder à quoi ressemble le prof il est prof lui ? C'est un gamin !!. Je suis en deuxième position après un couple. Une dame sympa nous rejoint, puis, au moment où la porte s'ouvre, un monsieur en veste de pluie jaune, qui se précipite sur le prof pour le saluer (et essayer de doubler tout le monde). Le prof hésite un moment, le monsieur en jaune insistant sous prétexte qu'il avait rendez vous 20 minutes avant. J'interviens alors pour dire que dans ce cas, c'est à moi de passer puisque j'avais rendez vous à 17h12, soit il y a 30 minutes. Finalement, le prof fait entrer le couple (qui me fusille du regard au passage), le monsieur en jaune s'en va, et j'échange quelques mots amusés avec la dame sympa. Non mais !!

C'est mon tour. « P'tit Mec N°1, pas trop de choses à dire » dit le prof à ma grande surprise, en feuilletant son carnet de notes. Puis se reprenant (il vient sûrement de comprendre de qui il parle) « Ah si, il y a beaucoup à dire ! ».
Bon, bref, en résumant beaucoup, à son avis, P'tit Mec doit abandonner l'idée d'entrer en 1ère S, il n'y arrivera pas. C'est clair que ça plombe le moral, P'tit Mec ayant redoublé dans cette optique.


Je suis au bout de mes rendez vous. Trop de monde chez le prof de maths pour que j'essaye de le rencontrer quand même.
Les couloirs sont presque vides.
Le stand du « café humanitaire » est déserté.

Dehors il pleut.

Je suis crevée.
Je rentre retrouver les P'tits Mecs et l'Homme.

A l'année prochaine pour une nouvelle édition.

 

J'ai bricolé le logo du lycée de P'tit Mec (que je trouve sympa) pour ne garder que ce morceau. Je ne sais pas qui a pris la photo.

 

06/12/2009

Saint Nicolas

Saint Nicolas.JPG

 

Comme tous les ans, Saint Nicolas, Patron des Ecoliers, est venu déposer dans les chaussons des enfants sages (de l'Est de la France) pains d'épices, chocolats, manele (brioche en forme de bonhomme) et mandarines.

Comme tous les ans, ceux qui ont été un peu moins sage ont craint le Père Fouettard ... qui ne s'est pas trop montré cette année (merci Edwige) !!


De grosses bises à ..... quelqu'un pour sa fête (Saint Nicolas avait entendu la demande de pâtes de fruits !!).

Crédit : moi (Saint Nicolas de passage à l'école vendredi 4 décembre 2009)