Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2010

Billet d'humeur

MugEtLilas.jpgJe n'aime pas les fêtes ....

J'aime « faire la fête », ça oui, mais je n'aime pas les fêtes « obligées ».
Celle de demain par exemple, la Saint Valentin, dégoulinante de cœurs roses, de bouquets de fleurs annuels et de petits mots imprimés à la face du monde dans notre « canard » régional « A mon petit Schatz, pour la Saint Valentin, ton Doudou qui t'aimera toujours. » (et là j'ai fait soft). Arghhhh, demain je ne lis pas le journal.

Je n'aime pas non plus la fête des mères, ni la fête des pères, et encore moins celle des grands-mères (les grands-pères n'ont rien encore, ça ne saurait tarder ...). Là, par contre, je suis coincée par mon boulot et par mes parents (au moins ma maman) qui tiennent à ce genre de manifestation.

 

Je m'explique. Moi je préfère que mon amoureux me ramène des fleurs (ou mieux encore, des macarons !) « pour rien » ; ou qu'il ouvre une bonne bouteille comme ça, juste parce que la vie est belle et que le soleil brille. Je préfère qu'il me prenne dans ses bras et me fasse des bisous dans le cou 364 jours par an plutôt que ce seul 14 février. Je caricature un peu, mais la fête des amoureux, ça devrait être tous les jours !

Pareil pour la fête des mères. Non, je ne tiens pas à être couverte de cadeaux cet unique jour de l'année. Je préfère les câlins impromptus, les fous rires ingérables, les lave vaisselle vidés régulièrement et les chambres rangées sans que j'ai besoin de m'énerver. Je n'exige pas que mes enfants soient avec moi ce week-end là s'ils doivent aller chez leur père ; et d'ailleurs je ne me vexe pas s'ils oublient. Là, je scandalise en général mes copines, mais j'assume !
L'an dernier, P'tit Mec N°4 avait quatre mois, l'Homme et moi nous avons marqué le coup, comme une plaisanterie : c'était quand même sa première fête des pères, à l'Homme !

Et ne parlons pas de la fête des grands-mères, hyper commerciale. Bon, là, surtout ne pas oublier, Belle Maman et surtout Maman sont chatouilleuses sur la question (j'en fus la première surprise il y a 2/3 ans...) donc je « briefe » les P'tits Mecs ......

Bref, je n'aime pas que l'on m'oblige à célébrer quelque chose, en même temps que tout le monde, de manière artificielle !

Et l'Homme me direz-vous, il en pense quoi ? Je suppose que ça lui va .... (Hé, l'Homme, si tu passes par là ...!)
D'ailleurs, on ne s'est même pas fait de cadeau à Noël, on trouvera sûrement un truc qui nous fera plaisir à tous les deux un de ces jours, et là, ben on se l'achètera, comme ça !


Sinon, aujourd'hui c'est ma fête, celle qui va avec mon prénom, j'aime bien mon prénom !
Quand j'étais petite, maman m'achetait une tablette de chocolat au riz qui croustille, petit luxe pour cette occasion.

Une bise à toutes mes homonymes qui passeront par là !

 

crédit JCR   Béatrice, du latin beatus, heureuse, celle qui rend heureux, tout un programme !! et puis des fleurs, parce que j'aimerais bien que le printemps arrive .............

 

30/01/2010

Mes soldes

 

soldes.jpgSoldes. Ce mot ne me met pas en transe. Je ne repère pas dans les boutiques de ma petite ville les vêtements sur lesquels je me précipiterai le premier jour à la première heure. D'ailleurs, j'évite d'aller en ville ce jour là, sauf « urgence pharmacie » ou « urgence boulangerie ».

Et puis voilà que l'autre matin, puisqu'il y avait deux trois courses à faire comme d'habitude, j'ai décidé de regarder quand même si par hasard, il n'y aurait pas quelque chose d'intéressant.

Rien qui me « tape dans l'œil » dans la première boutique.
Deux tee shirt (un gris foncé et un vert tilleul col en V) plus un leggins noir dans la deuxième. J'essaye aussi une robe en lainage marron qui, par dessus mon jean, me fait une jolie silhouette. Les manches courtes (presque « ballon ») me serrent un peu trop le haut des bras... la robe retourne sur son portant. Dommage. J'essaye aussi une marinière rayée pour finir de me convaincre que non, décidément, ce vêtement n'est absolument pas fait pour moi.

Troisième boutique. Une autre robe, grise. J'hésite, et puis finalement, je ne l'essaye pas. J'irai plus tard voir avec l'Homme si elle est encore là ….

Je regarde encore quelques vitrines, et puis je rentre.

Finalement, je me dis que je vais ressortir le modèle de ce pull tunique que j'adore et que je mets tout le temps. Je vais commander de la laine et m'en tricoter deux autres (avec de jolies couleurs) quand j'aurai un peu de temps (et que j'aurai terminé ce qui est en cours). Je vais aussi chercher un pantalon noir à la coupe sympa, pas forcément en solde, puisque c'est habillée comme ça que je me sens le mieux …


Je « dégage » beaucoup ma penderie en ce moment. Tout ce qui n'a pas été mis depuis longtemps, ce qui est trop petit, ce que je n'aime plus, ce qu'on m'a donné mais qui ne me va pas, les coups de cœur qui se révèlent des flops, tout cela se retrouve dans des sachets que Mu, ma copine – marraine de P'tit Mec N°3, vient chercher. Elle trie et redistribue, et ces vêtements font le bonheur d'autres personnes.
Cette envie de « vide » et de « simplicité » dans l'habillement n'est pas venue toute seule …
Je subis une influence ;-) je vous en parle bientôt !

 

Crédit : photo récupérée sur Internet, apparemment libre de droits .... Si quelqu'un pouvait m'expliquer ce qu'on a le droit de faire ou pas, et où on trouve de jolies photos qu'on peut utiliser sans trop de soucis ..... Merci !

27/01/2010

Rituels

réveil ikéa Dekad 6,50 euros.jpgBillet « me, myself and I » (totalement assumé), dédié à Léonie Canot qui m'a gentiment appelée l'autre jour sa « lectrice de l'aurore du mercredi » !


 

Je ne suis pas « du soir » (j'ai besoin de dormir), je ne suis pas « du matin » non plus (j'ai besoin de dormir beaucoup !).
Mais la vie étant ce qu'elle est, il faut aller bosser et gagner de quoi faire bouillir la marmite (ça bouffe, les P'tits Mecs, ça bouffe !)

Alors, pour démarrer la journée du bon pied, j'ai mis au point au fil des années, une « stratégie » qui fonctionne bien chez moi. Les horaires évoluent au gré des circonstances de ma vie, mais globalement, le rituel reste le même.

C'est le bruit du ressac sur une plage de galet qui me tire du sommeil à 6h15 (j'ai essayé le coucou, mais c'était un peu trop violent à mon goût) ; je me lève immédiatement, plus ou moins péniblement selon les jours (et la nuit qui a précédé ... non, l'Homme n'est pas en cause, c'est son fils qui ne dort pas encore d'une traite ...). Direction la salle de bain. 15 minutes chrono. J'en profite souvent pour mettre une machine de linge en route.

6h30. Mon thé vert et mes tartines beurre fromage.

6h45. Je m'installe avec ma tasse devant mon ordinateur et je savoure ¼ d'heure de calme et de tranquillité au milieu de la maison encore endormie.

J'en profite pour répondre à des mails reçus fort tard (mes amis savent que je les lirai à ce moment là et qu'ils auront une réponse finalement assez rapide) ; j'en profite aussi pour laisser des commentaires sur mes blogs préférés (certaines de mes « copines blogueuses » publient même parfois des billets à cette heure là, et c'est bien agréable d'être « prem's » pour une fois !).

J'aime bien aussi passer sur le site de ma banque voir où j'en suis côté « sous ».
Passage obligé sur la boîte mail de l'école, c'est toujours ça de moins à faire en arrivant.

Les stats de mon blog ne sont pas publiées aussi tôt. Dommage ... ;-)

7h00. Je réveille P'tit Mec N°3 et éventuellement P'tit Mec N°2 s'il commence à 8h00 (P'tit Mec N°1 occupe déjà la salle de bain depuis 10 minutes). Ils ont, eux aussi, bien du mal à émerger. Je prépare le chocolat chaud et les tartines de N°3 qui n'est vraiment réveillé qu'une fois son petit dej avalé.

7h10. Les grands finissent de se préparer. Si P'tit Mec N°4 est réveillé (ce qui arrive souvent), il tète un petit coup et je lui change sa couche. Moment privilégié avec mon petit dernier que je vois peu les jours où je travaille.

7h30. Départ. Le trajet est variable selon les jours et les emplois du temps des P'tits Mecs.

7h50. Je suis à l'école. Je retrouve mes collègues devant la photocopieuse.

8h05. Les premiers élèves arrivent, la journée commence ;-)

Le mercredi, j'ai la chance de ne pas travailler .... mais P'tit Mec N°1 a cours au lycée ; et je ne travaille pas non plus le samedi .... mais là, c'est N°2 qui a cours au collège.
Ces jours là, le réveil ne sonne qu'à 7h00.

On me dit que les P'tits Mecs pourraient se débrouiller seuls à leur âge, qu'ils ont des pieds et même des vélos ... Mais ils marchent déjà beaucoup, alors quand je le peux, je les emmène en voiture. Nous profitons de quelques instants de conversation en tête à tête toujours agréables.

 

Réveil Dekad 6,50 euros chez IKEA.
Adolescente, c'est un de ses semblables, offert par mon Papa, qui m'a réveillée matin après matin .....

 

20/01/2010

Sac à main

Roseau photo Longchanp.jpgC'est en lisant ce billet de La Poule que j'ai eu envie de parler de mon sac à main (en attendant d'avoir les moyens d'acheter un Birkin d'Hermès .... ce qui n'est pas pour tout de suite ....).

Je ne vais pas détailler ce qu'il contient, aucun intérêt, sauf pour moi.

Mon sac à main est une besace Longchamp, en cuir, de la ligne Roseau. A l'intérieur, une doublure monogrammée, une étiquette avec plein de numéros (des références probablement), une poche zippée, un autre « ouverte » (divisée en deux), et la grande poche centrale où je peux tout mettre « en vrac ». Il est fermé par une fermeture éclair (que j'utilise rarement) et un « fermoir bijou » en forme de bambou (c'est ce qui est dit dans le descriptif du site...). Il a une bride ni trop courte ni trop longue, qui me permet de le porter à l'épaule juste sous le bras, ou à la main, pas trop au raz du sol. Et il est noir. Rien de bien particulier.

Quand j'étais étudiante, je me baladais souvent rue de la Ré, à Lyon, et je traînais devant les vitrines de sacs à main du Printemps. Des Longchamp, des Lancel .... J'en aurais un, un jour !

C'est à cette période aussi que j'ai commencé à acheter des sacs à main noirs ou bleu marine, discrets, un peu « madame » mais quand même décontractés, pour pouvoir utiliser le même dans toutes les circonstances (pour sortir, pour aller à la fac, dans des situations « cool » ou plus « guindées »). Solides aussi ... mes sacs à mains, je les garde des années et je ne les change que lorsqu'ils me « lâchent ».

Il y a 4 ans, mon sac à main était en train de me lâcher ... il allait donc falloir le changer.
Dans la vitrine du maroquinier, un sac me faisait de l'œil depuis plusieurs semaines ...

Juste comme je les aime ...

Un Longchamp ...

195 euros...

Ça peut paraître peu. Pour moi à cette période de ma vie, c'était énorme, vraiment énorme.

J'ai résisté, j'ai réparé mon sac du moment, j'ai essayé de me raisonner ... Je savais qu'une importante somme d'argent allait arriver, une fois le divorce prononcé, mais il n'était pas question de l'utiliser pour des choses « futiles » ...

Et puis j'ai décidé d'arrêter d'être raisonnable pour la première fois depuis des mois, et de penser un peu à moi. C'était mon anniversaire, je me suis offert ce sac à main qui m'accompagne depuis, tous les jours, dans toutes les situations et par tous les temps, sans faiblir.


J'avais quand même sorti ma calculatrice : en gardant ce sac 5 ans, il ne coutait que 10 cts par jour, raisonnable, non ?
Mon sac à moi est agrémenté d'un gri-gri accroché au fermoir, un petit porte clé mouton, qui casse le côté un peu sérieux ;-)