Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/06/2018

Lectures en vrac

Depuis que je suis à la maison, j'ai retrouvé l'envie de lire de longs moments (et pas juste quelques lignes le soir dans mon lit en m'endormant sur le bouquin). Les finances qui vont un peu mieux m'ont aussi permis de m'adonner à mon pêché mignon, acheter des bouquins (entre un sandwich et un bouquin, c'est toujours le bouquin qui gagne !), version "papier" ou "numérique".

J'ai donc lu - et bien aimé - ces derniers temps :

L'assassin des dames de Metz de Armand TOUPET (Editions du Bastberg) et En passant par la Lorraine de Paul COUTURIAU (Presses de la Cité), tous les deux prêtés par Sev de Blogosth. Je connais un peu Metz, j'ai bien aimé me promener virtuellement dans la ville en suivant l'intrigue du premier ; le deuxième quant à lui ramène aux années de guerre où beaucoup de familles de Mosellans et d'Alsaciens se sont retrouvées (une fois de plus) déchirées entre l'Allemagne et la France. Un beau roman.

L'Alsace de Vauban, Saisons d'Alsace n°76 (Editions DNA). La revue met en lumière l'action de Vauban pour la fortification et la protection des frontières en Alsace après son l'annexion par la France de Louis XIV. Il reste beaucoup de vestiges de ces constructions, notamment la plus connue de toutes, la ville de Neuf Brisach.

 

51JJ0ilZQ2L._SY346_.jpgJe vais mieux de David FOENKINOS (Gallimard). J'ai vu passer la bande annonce du film, compris que c'était adapté d'un livre, chargé un extrait dans mon Kindle et finalement acheté le bouquin.
"Un jour, je me suis réveillé avec une inexplicable douleur dans le dos. Je pensais que cela passerait, mais non. J'ai tout essayé... J'ai été tour à tour inquiet, désespéré, tenté par le paranormal. Ma vie a commencé à partir dans tous les sens. J'ai eu des problèmes au travail, dans mon couple, avec mes parents, avec mes enfants. Je ne savais plus que faire pour aller mieux... Et puis, j'ai fini par comprendre" : le résumé me "parlait" bien !
J'ai bien aimé ce "livre de vie", même si dans la réalité c'est bien moins simple de s'en sortir sans perdre trop de plumes.

 

Mission Hygge de Caroline FRANC (First)Caroline Franc est blogueuse (clic), je la lis51D74aesK3L._SX331_BO1,204,203,200_.jpg depuis de nombreuses années, j'aime bien le ton de ses billets.
Son roman met en scène Chloé, une journaliste de guerre, qui, suite à un "pétage de plombs", est envoyée par son rédacteur en chef au Danemark, à Gilleleje, un petit village où les habitants sont, parait-il, les plus heureux du monde. Ce qu'elle prend pour une punition va changer sa vie. Un roman doudou à base de hygge, de café, de roulés à la cannelle et de tricot. Juste ce qu'il me fallait.

 

Âmes de sorcière ou la Magie du féminin de Odile CHABRILLAC (Solar)sans-titre.png
"Féministes avant l'heure, les sorcières ont laissé en héritage leurs savoirs et leurs pouvoirs, autant de clés au service d'une féminité libre et puissante".
Dans une première partie, l'auteure raconte ce que l'on sait aujourd'hui des sorcières, femmes libres, porteuses d'un grand savoir, bousculant l'ordre établi, avant d'être pourchassées et oubliées. La deuxième partie invite les femmes à retrouver leur âme de sorcière, à s'approprier à nouveau leur puissance.
J'ai lu ce livre d'une traite, et puis je l'ai posé, pour que ça "infuse" … il faut lui laisser du temps. Je vais le relire, par petits bouts.

 

Chère Ijeawele, Chimamanda NGOZI ADICHIE (Gallimard). Quand une amie lui41UjRxE-faL._AC_US218_.jpg demande quelques conseils pour élever sa petite fille juste née selon les règles de l'art du féminisme, l'auteure lui répond par une lettre qui explique, à travers sa propre expérience,  quelles sont les situations concrètes qui se présentent aux parents de petites filles, et comment déjouer les pièges que nous tend le sexisme. Un ouvrage important, à mettre entre toutes les mains !

 

Illustrations empruntées sur les sites des éditeurs ou des enseignes de ventes sur le Net.

22/06/2018

Retrouvailles

Je n'avais pas accepté son invitation sur mon Facebook hyper privé, le nom ne me disait rien (peut être qu'en regardant le profil j'aurais pu faire le lien, m'a dit l'Homme), mais elle ne s'est pas découragée.
Quelques recherches G**gl* plus tard, elle est arrivée par ici et m'a envoyé un message via le mail du blog, en me donnant son nom de naissance.

Tilt, ça a fait dans mon cerveau !
V., ses cheveux bruns, ses lunettes et son sourire.
Le collège d'une ville nouvelle de la banlieue lyonnaise, l'année de 3e, notre super prof de français, le film que nous avions tourné, le voyage en Italie, Pompéï, le Vésuve, Capri (et mon entorse dans le couloir de l'hôtel).

Cette année là (il y a … fort fort longtemps), j'arrivais d'Alsace - où nous venions de passer trois ans - au gré d'une mutation paternelle.
Mes trois premières années de collège s'étaient déroulées dans l'école privée de la sous-pref voisine de mon actuelle sous-pref, dans une classe où il n'y avait que des filles (c'était plus simple pour mes parents d'inscrire les enfants dans cette école où nous étions tous les 3 au même endroit). La plongée dans ce collège public a été un peu compliquée, je ne connaissais personne, c'était grand et … il y avait des garçons (des ados de 15 ans, donc, avec tout ce que ça comporte).

Je n'ai pas vraiment de souvenirs de l'année scolaire. J'étais nulle en anglais, pas très bonne en maths, j'essayais de m'accrocher en latin et j'adorais le français, l'histoire, la géo. Par contre je me rappellerai toujours du premier cours de techno où le prof nous a fait écrire "Un déplacement d'air est un courant d'air, un déplacement d'eau est un courant d'eau et un déplacement d'électricité est un courant électrique."  ;-)

Mon rêve, depuis toujours était d'être médecin, chirurgien même, en passant par l'Ecole du Service de Santé des Armées. Il s'est brisé net face au principal du collège qui refusait de valider mon passage en seconde C (à l'époque), voie principale pour réaliser ce rêve. J'ai du coup demandé une orientation en seconde F4 (à l'époque) Génie Civil - recrutement interacadémique, même programme en maths qu'en C, lycée à Lyon, lycée technique avec juste 50 filles sur près de 1000 élèves - "le technique vous ira très bien, vous n'êtes pas faite pour les études longues" a-t-il dit (je lui dédie mon mémoire de Maîtrise).
En fin de 3e, je ne suis pas allée au lycée avec V. et les autres, nous nous sommes doucement perdues de vue.

C'est aussi cette année là que le médecin traitant de la famille a expliqué à ma mère que j'étais trop grosse et qu'il fallait me mettre au régime. 1200 calories par jour, des repas différents des autres, un flicage une surveillance constante de mon assiette. J'ai perdu 10 kilos et mon estime de moi ("il faut savoir si tu veux ressembler à une jeune fille ou à une saucisse" m'a un jour demandé ce médecin, au vu de la courbe qui stagnait …)Ce médecin pratiquait aussi la sophrologie, j'ai fait quelques séances avec lui pour "me détendre et arrêter de me ronger les ongles" … ça n'a pas été trop efficace à l'époque.

Les souvenirs remontent à la surface depuis quelques jours !!
V. a dit au détour d'un mail qu' à cette époque elle admirait mon assurance … je crois que c'était déjà la carapace qui se fendille aujourd'hui.

V. et moi, nous avons des intérêts communs, la musique, l'écologie, des parcours  pas tout à fait rectilignes. Je suis heureuse qu'elle ait eu le courage de partir à la recherche de ses amies de collège, et de moi en particulier.

Et si tu lis ce billet (en fait je sais que tu le lis !), bienvenue à toi V. !! Et merci !

Collège modif.jpg
Je ne suis pas très douée en bidouillage de photos … 

photos moi il y a fort fort longtemps !

18/06/2018

J'ai descendu dans mon jardin ... #3

L'alternance pluie / soleil a boosté la petite plate-bande.
Des floraisons se terminent (je laisse grainer sur place), d'autres se poursuivent et se mélangent.
Un régal pour les yeux.

18 juin 2018 (1).jpg
j'aime ce mélange de violet et de rose !

18 juin 2018 (3).jpg

18 juin 2018 (2).jpg
La rose trémière que je voulais enlever a décidé de repartir ; les escargots ont l'air d'aimer les feuilles …

18 juin 2018 (4).jpg
Le géranium a un peu de mal à se faire une place !

18 juin 2018 (5).jpg
Il y a des boutons de fleurs sur les plants, et donc à priori,
il y aura des tomates dans quelques temps !
A suivre !!

18 juin 2018 (6).jpg
Sauvetage d'aromatiques à moitié mortes de soif (pas sûr que la sauge s'en sorte)
Les "alvéoles" de la palette (voir là --> clic) n'étaient pas étanche et l'eau d'arrosage s'infiltrait trop.
Retour aux jardinières traditionnelles.

photos moi

14/06/2018

Roses

Ma sous-pref est la cité des roses (et des licornes, on en reparlera peut être un jour) ; on y trouve une superbe roseraie, créée en 1898, qui est la deuxième de France avec 8500 pieds de 550 espèces différentes répartis sur 1,5 hectares.

Ce matin, après avoir déposé P'tit Mec N°4 à l'école, je me suis arrêtée et j'ai fait quelques photos à travers les grilles. Il faudra que je me programme une visite un de ces jours ! 

Roseraie 14 juin 2018 (1).jpg

Roseraie 14 juin 2018 (2).jpg

Roseraie 14 juin 2018 (3).jpg

Roseraie 14 juin 2018 (4).jpg

photos moi, ce matin à 8h20