Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/03/2018

Une semaine "sans" ...

Une semaine "sans" oui ...  avec encore plus de "trucs" que prévus, presque pas de temps pour moi, une nuque et des épaules tellement noués que la douleur irradie jusqu'autour des yeux (le gauche, le plus souvent), un réservoir de bienveillance pour mes élèves - très très compliqués à gérer, les élèves - complètement "à sec" ... et un gros rhume pour finir !

Après seulement 2 semaines de classe, je suis épuisée, et je ne suis pas la seule.
La faute à la météo complètement déréglée, dit mon Atsem ...
J'en sais rien, mais j'en peux plus.

J'aurais envie de vous parler de mes lectures des dernières vacances, des travaux et du rangement qui n'avancent pas, des Mecs aussi ...
La semaine prochaine, j'espère ...

DRqV0k8X0AA2Kqr.jpg

Illustrations Jack KOCH http://dangerecole.blogspot.fr 
Sur Twitter @Jackkochdessins 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

Tu sais ce qu'il te reste à faire .....
A force de tirer sur la corde, elle finit par casser !
ça s'appelle un burn-out et le temps n'a rien à voir avec ça.
Bon courage !
Gros bisous.

Écrit par : Lavandine | 24/03/2018

Répondre à ce commentaire

Faut que j'arrive à concilier les 2 parties de mon cerveau, celle qui dit "stop arrête toi" et celle qui dit "les gamins, le projet théâtre, les collègues qui vont se retrouver toutes seules ..."
C'est pas simple.
Bises aussi ;-)

Écrit par : Béatrice | 24/03/2018

Je suis d'accord avec Lavandine.... de toutes façons en cas de gros craquage, les autres devront bien se débrouiller seuls... alors autant, ne pas aller jusque-là, non ? Allez courage, c'est vrai que la fatigue nous a vite rattrapées après ces dernières vacances... Je t'embrasse

Écrit par : Suzie | 24/03/2018

Répondre à ce commentaire

Je vais voir comment ça se passe la semaine prochaine (qui sera courte puisque je suis déchargée le mercredi et que c'est férié ici le Vendredi Saint).
Bises à toi aussi !

Écrit par : Béatrice | 24/03/2018

Bonjour,
Je suis tombée par hasard sur votre blog, et comme je l'ai trouvé intéressant, j'ai tout lu depuis le début.
J'ai le temps, je suis à peu près clouée dans un fauteuil suite à une élongation des ligaments d'un genou la semaine dernière.
J'ai bien aimé l'évolution des enfants, l'installation à la maison du canal, l'importance de la musique dans votre vie, d'autres choses encore. Mais ce qui m'a frappée, c'est l'évolution des conditions de travail à l'école, petit à petit, plus de vrai sapin, plus de remplaçants, mais davantage de travail administratif, des classes surchargées, la difficulté de supporter les élèves et les parents. Je me suis dit, "hola, ça frôle le burn-out là".
J'en ai fait un, il y a longtemps, impression de devoir tout assumer, de devoir tout faire et de ne pas y arriver, surcharge de travail et aucun soutien de la hiérarchie. Je me suis évanouie en salle de réunion, là ils ont vu qu'il y avait un souci. Le problème, c'est que c'est comme un tissu sur lequel on tire et qui se déchire. Plus la déchirure est grande, plus il faut repriser, et c'est long.
Donc, faites attention à votre santé: les gamins, les collègues etc, vont se retrouver tout seuls, certes, mais nul n'est irremplaçable, sauf VOUS pour votre famille. Il faut choisir et c'est dur, et quand on est dans la tourmente, on ne s'en rend même pas compte. Donc arrêtez-vous, mais pas une seule semaine, cela ne suffit pas et DORMEZ, jouez de la viole, tricotez à votre rythme, lâchez prise.
Bon, je ne veux pas vous faire la morale, surtout pas, mais vous donner un conseil amical de quelqu'un qui est passé par là et croyait aussi pouvoir tout concilier.
Je vous souhaite un bon week-end

Écrit par : nanou | 24/03/2018

Répondre à ce commentaire

Merci beaucoup pour ce commentaire Nanou. Merci d'avoir tout lu !
Oui, c'est vrai, les conditions se dégradent côté boulot et c'est de plus en plus compliqué de faire face. Ce qui est difficile, c'est que mes collègues sont plus ou moins dans le même état, que les remplaçants ne sont pas assez nombreux, qu'un certain nombre de parents (de plus en plus nombreux) mettent quand même leurs enfants à l'école quand un enseignant n'est pas remplacé ... dans une école de 3 classes, toutes en triple niveau, c'est immédiatement la panique ... Bref ...
Très bon weekend aussi et bon rétablissement !

Écrit par : Béatrice | 24/03/2018

Et si vous êtes plusieurs à vous arrêter en même temps, que va-t-il se passer?
Quand j' ai été arrêtée, j ai été remplacée par 2 personnes, et on a osé me dire que cela fonctionnait mieux depuis, dit par la personne qui m'avait refusé un adjoint ( pas possible, budget, etc). Et bien j'ai souri et c est tout, trop soulagée de faire autre chose.
Donc,rien n' est impossible. Mais il faut qu il y ait un incendie pour que les pompiers arrivent. Avant, les petits feux, bof.

Écrit par : Nanou | 24/03/2018

En février nous étions 2 à être absentes pour "enfant malade", pas de remplaçant le matin, ma collègue de CP/CE1/CE2 s'est retrouvée avec sa classe (25 élèves) + 17 élèves non gardés par leurs parents qui étaient surveillés par l'Atsem de ma classe. Personne ne s'est ému de la situation (consignes de l'IEN : dites aux parents de garder leurs enfants).

Écrit par : Béatrice | 24/03/2018

Je te souhaite de dépasser très vite cette période difficile. Prends soin de toi!

Écrit par : Apolonia | 24/03/2018

Répondre à ce commentaire

Merci ...
Prends soin de toi aussi !
Bises

Écrit par : Béatrice | 24/03/2018

Le problème avec notre métier : la prise de recul ! Cela fonctionne un peu mais nous remettons trop rapidement la tête dans le guidon...
Il faudrait une "alerte" avant d'être dans le rouge !
Bises réconfortantes et pense à toi !

Écrit par : oth67 | 24/03/2018

Répondre à ce commentaire

Merci, vais essayer ... (pareil pour toi !)
Bises à tous les 4 !

Écrit par : Béatrice | 24/03/2018

Fin novembre, 10 jours d'arrêt car plus de voix ! pas le choix et en même temps je pense que ça reflétait beaucoup de choses, de ras le bol, de grosse fatigue. Mon cahier journal était resté à l'école, je n'ai rien fait pendant 10 jours. ça m'a fait beaucoup de bien !
Depuis c'est pas toujours facile, mais moralement je tiens mieux.
Bises de courage mais pas d'héroïsme à tout prix !!!

Écrit par : sun | 24/03/2018

Répondre à ce commentaire

Mon cahier journal est de plus en plus succinct, je ne regarde même plus les progressions, j'ai laissé tomber tout ce qui ne fonctionnera pas vu l'intérêt de certains des élèves pour l'école (PS surtout) ...
Pas d'héroïsme non.
Des bises !

Écrit par : Béatrice | 24/03/2018

Bonjour, vraiment V R A I M E N T , pensez d'abord à vous (si vous y arrivez). Pas de morale non plus de ma part. Dans des conditions comme celles là (assumer, assumer, tout encaisser) on peut AUSSI déclencher d'autres choses que le burn-out (je précise qu'il n'y a là aucune échelle de valeur entre des maladies différentes). Je comprends, je compatis, je pense à vous. Amicalement. Nathalie de Nancy

Écrit par : Nathalie | 24/03/2018

Répondre à ce commentaire

Merci beaucoup Nathalie. Je vais voir ce que donne cette semaine et ce que dirons divers examen médicaux ...
Bon weekend.

Écrit par : Béatrice | 24/03/2018

Personne n'est irremplaçable : ta santé prime sur toute autre chose!
Prends soin de toi, personne ne le fera à ta place...
bises

Écrit par : Cathnounourse | 24/03/2018

Répondre à ce commentaire

Je sais bien ...
Bises du dimanche !

Écrit par : Béatrice | 25/03/2018

Mais comment donc faire taire cette petite voix qu'on appellerait "conscience professionnelle"? Tu as besoin de repos, c'est sûr.

Écrit par : Bismarck | 25/03/2018

Répondre à ce commentaire

Comment lui clouer le bec, oui ... ça serait plus facile avec un "vrai" (avec plein de guillemets, on est d'accord) truc physique ...
Bonne fin de dimanche.

Écrit par : Béatrice | 25/03/2018

Je sais que ce n'est pas simple et qu'on ne se refait pas. J'ai la chance d'être près de la retraite et je pense que ça a bien aidé à arriver à dire stop ! Mon Dieu quand je pense au travail fourni, aux heures passées, à la famille négligée et j'en passe, je me dis maintenant que le résultat est le même; nul n'est irremplaçable. Moi aussi je pensais, en plus de tout faire bien, aux gamins qui n'auraient plus de profs, aux collègues qui devraient remplacer ...
Le burn-out n'est toujours pas considéré comme une maladie professionnelle et tout juste si on n'est pas considéré comme un tire-au-flanc. Mais une maladie physique n'est pas plus reconnue humainement ou alors il faut peut-être arriver tout cassé ... Chez nous on considère qu'à partir du moment où tu peux tenir assise sur une chaise, tu peux faire cours. Pour avoir été absente l'an dernier à compter de mai jusqu'à la fin de l'année à cause du levo-poison, je peux te dire que le regard des autres est identique. Aucun compassion de la part de notre hiérarchie et pourtant ce n'était pas de ma faute. Je t'assure que quand on est obligé de lever le pied, on le lève finalement.... Je vais essayer de tenir encore 15 mois...
" Mon cahier journal est de plus en plus succinct, je ne regarde même plus les progressions, j'ai laissé tomber tout ce qui ne fonctionnera pas vu l'intérêt de certains des élèves pour l'école" : C'est rigolo moi aussi :-)
Je te souhaite beaucoup de courage et peut-être qu'une autre solution s'offrira à toi un jour.
Bises !

Écrit par : Lavandine | 29/03/2018

Répondre à ce commentaire

Merci pour ce long message Lavandine !
On ne se refait pas non ... mais ce manque d'empathie de la part de la hiérarchie et parfois des parents ne me donne plus envie de me casser la tête ...
Profite bien du week end ! Bises !

Écrit par : Béatrice | 29/03/2018

Écrire un commentaire