Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/01/2010

Sac à main

Roseau photo Longchanp.jpgC'est en lisant ce billet de La Poule que j'ai eu envie de parler de mon sac à main (en attendant d'avoir les moyens d'acheter un Birkin d'Hermès .... ce qui n'est pas pour tout de suite ....).

Je ne vais pas détailler ce qu'il contient, aucun intérêt, sauf pour moi.

Mon sac à main est une besace Longchamp, en cuir, de la ligne Roseau. A l'intérieur, une doublure monogrammée, une étiquette avec plein de numéros (des références probablement), une poche zippée, un autre « ouverte » (divisée en deux), et la grande poche centrale où je peux tout mettre « en vrac ». Il est fermé par une fermeture éclair (que j'utilise rarement) et un « fermoir bijou » en forme de bambou (c'est ce qui est dit dans le descriptif du site...). Il a une bride ni trop courte ni trop longue, qui me permet de le porter à l'épaule juste sous le bras, ou à la main, pas trop au raz du sol. Et il est noir. Rien de bien particulier.

Quand j'étais étudiante, je me baladais souvent rue de la Ré, à Lyon, et je traînais devant les vitrines de sacs à main du Printemps. Des Longchamp, des Lancel .... J'en aurais un, un jour !

C'est à cette période aussi que j'ai commencé à acheter des sacs à main noirs ou bleu marine, discrets, un peu « madame » mais quand même décontractés, pour pouvoir utiliser le même dans toutes les circonstances (pour sortir, pour aller à la fac, dans des situations « cool » ou plus « guindées »). Solides aussi ... mes sacs à mains, je les garde des années et je ne les change que lorsqu'ils me « lâchent ».

Il y a 4 ans, mon sac à main était en train de me lâcher ... il allait donc falloir le changer.
Dans la vitrine du maroquinier, un sac me faisait de l'œil depuis plusieurs semaines ...

Juste comme je les aime ...

Un Longchamp ...

195 euros...

Ça peut paraître peu. Pour moi à cette période de ma vie, c'était énorme, vraiment énorme.

J'ai résisté, j'ai réparé mon sac du moment, j'ai essayé de me raisonner ... Je savais qu'une importante somme d'argent allait arriver, une fois le divorce prononcé, mais il n'était pas question de l'utiliser pour des choses « futiles » ...

Et puis j'ai décidé d'arrêter d'être raisonnable pour la première fois depuis des mois, et de penser un peu à moi. C'était mon anniversaire, je me suis offert ce sac à main qui m'accompagne depuis, tous les jours, dans toutes les situations et par tous les temps, sans faiblir.


J'avais quand même sorti ma calculatrice : en gardant ce sac 5 ans, il ne coutait que 10 cts par jour, raisonnable, non ?
Mon sac à moi est agrémenté d'un gri-gri accroché au fermoir, un petit porte clé mouton, qui casse le côté un peu sérieux ;-)


 

16/01/2010

Moment de grâce

hiver janvier 2010.JPGIl neigeait encore beaucoup mercredi. La météo parlait de redoux, le thermomètre, lui, marquait toujours -4° et de gros flocons continuaient à tomber du ciel.


En début d'après midi, les P'tits Mecs 1 et 2 avaient rendez vous chez le coiffeur, et moi quelques courses à faire. Par prudence, j'ai décidé de laisser la voiture sur le parking, je commence à avoir ma dose de conduite sur neige (
vers 17h, ça glissait tellement que l'Homme n'a même pas pu faire 10m dans la rue).

Nous voilà donc partis, les P'tits Mecs et moi, à pieds.

Deux ados, animés de surcroit d'une sombre gentille rivalité fraternelle, dans la neige .......
La descente "en ville" fut "houleuse", la remontée encore plus.


Ils s'en sont donné à coeur joie, les deux P'tits Mecs, se balançant des boules de neige ou de gros paquets de poudreuse, l'un secouant les arbres au passage de l'autre, s'envoyant à la figure des noms d'oiseaux, dans de grands éclats de rire.

J'ai bien pris quelques paquets de neige, moi aussi, me retrouvant malgré moi au milieu de la bataille. J'ai surtout emmagasiné un grand morceau de bonheur à les voir s'amuser ensemble.
Un moment de grâce que je garde dans ma mémoire pour m'en souvenir, les jours où ils seront sur le point de s'écharper et où j'aurais furieusement envie de les passer par la fenêtre !!

 

crédit : moi
Au premier plan, mon rosier jaune (j'adore les rosiers, surtout les variétés anciennes) ; c'est son deuxième hiver sur la terrasse, j'espère qu'il résistera comme l'an dernier.


12/01/2010

Le réveillon fut presque parfait !

feu d'artifice 09.jpgL'Homme et moi (et P'tit Mec N°4 maintenant) fêtons Nouvel An avec une cinquantaine d'amis de notre Ensemble Vocal préféré (*), lors d'un court séjour dans une grande maison que l'association loue pour l'occasion.

Au départ, il s'agissait d'un bon repas entre amis, de pétards et de bises à minuit, de balades, et surtout de beaucoup de musique. Au fil des années, c'est devenu une soirée plus ou moins déguisée, puis déguisée selon un thème (bleu et jaune par exemple, que ce soit pour les vêtements, les plats ou les boissons ...). Pour finir, depuis 5/6 ans, Nouvel An se fête selon le thème musical de l'année : réveillon « mythologique » quand nous chantions Didon et Enée de Purcell, réveillon Prévert, réveillon slave...

La soirée s'agrémente aussi d'un grand jeu (LE Grand Jeu), en équipes réunissant petits et grands, source toujours renouvelée de fous rires et de simili engueulades, le jury étant, tous les ans, bien évidemment, en dessous de tout !

Le thème musical de cette année c'est « Chanter, boire et manger ». Tout s'annonçait simple et facile pour une fois !

C'était compter sans les « gentils organisateurs membres du jury », se faisant appeler les CinqGros pour l'occasion (en référence aux célèbres frères Troisgros de Roanne).

Ils nous avaient concocté, pour le passage à 2010 un Grand Jeu commençant dès le repas. Il s'agirait, pour chaque équipe, de préparer un plat, de le mettre en valeur, de le présenter d'une manière originale et vivante, sur le modèle de l'émission de M6, un Diner Presque Parfait.

L'Homme et moi sommes enrôlés dans l'équipe « entrée poisson » .....

Après divers échanges de mails et une réunion autour d'une tisane (histoire de digérer les excès de Noël), notre équipe décide, sur proposition de M., de faire une soupe de poisson (M., absente de la réunion se retrouve chargée des courses, les absents ont toujours tort !!). Reste à trouver une idée de présentation et un nom d'équipe.

De plaisanterie en plaisanterie nous décidons de présenter notre soupe déguisés en pirates. D. qui porte une prothèse à la jambe droite propose de se confectionner une « jambe de bois » pour faire une "capitaine" plus réaliste (proposition acceptée) ; S. trouve, dans un bouquin sur la manière de décorer une table, un magnifique trois mats « sculpté » dans du pain de mie rassi (proposition acceptée) ....

Nous voilà donc, le 31 dans l'après midi à confectionner la rouille pour aller avec la soupe (faite la veille pour des questions de logistique dans la cuisine), à griller des toast, et bien évidemment à sculpter le fameux trois mats (bravo l'Homme), à lui confectionner ses voiles, à découper du papier crépon pour figurer un océan plus vrai que nature.

 

Sculpture sur pain de mie.jpg
trois mats en cours de réalisation : il manque les drapeaux en poivron, et les têtes de morts sur les voiles.

Notre prestation a été un succès. Nous avons d'ailleurs obtenu la meilleure note en cuisine. Nous n'avons pas gagné le Grand Jeu car nous avons fait des erreurs au quizz et surtout, nous n'avons pas reconnu le bruit de la bouilloire électrique lors de l'atelier « ouïe » ! (Je pose ici officiellement réclamation , ma bouilloire électrique ne fait pas du tout ce bruit là ....).

Tout au long de cette soirée, nous avons goûté des plats originaux, présentés avec humour, nous avons bu et chanté. A minuit, nous avons chassé 2009 à grand renfort de bruit et de lumière (installé à l'intérieur devant une fenêtre avec d'autres « tous petits », P'tit Mec N°4 a beaucoup aimé), et souhaité à tous une belle année 2010.


(*) : Pour ceux que ça intéresse, tout est . C'est l'Homme le webmestre, je trouve qu'il se débrouille bien, il pourrait envisager d'en faire son job ... mais bon, ce n'est pas le sujet !

crédit : OD


 

02/01/2010

Basse de Viole

 

 

basse de viole.JPGParmi les CD que j'écoute très régulièrement figure celui de la bande originale du film « Tous les matins du monde » de Alain Corneau sur un scénario de Pascal Quignard.
76 minutes de pur bonheur (pour moi ; pour l'Homme ça serait plutôt Verdi ou Wagner !) : des œuvres pour viole de gambe signées Lully, Couperin, Marin Marais ou Monsieur de Sainte Colombe, interprétées par Jordi Savall (des extraits ).

La viole de gambe, je l'ai découverte à travers ce film et elle m'a toujours intéressée. J'aime ses sonorités graves et mélancoliques, sa forme, la façon de la tenir contre soi pour en jouer.
Il se trouve que MP, la prof de flûte à bec de P'tit Mec N°3 (qui fait maintenant de la trompette) joue et enseigne la viole de gambe.

J'ai mis longtemps avant de me décider à lui parler de mon envie de jouer de cet instrument. Nous en avons beaucoup discuté. Prendre des cours ne pose pas de problème, trouver une viole si !
J'ai regardé sur Internet et les prix m'ont affolée. La viole est un instrument rare, fabriqué par un luthier, donc cher, très cher !

A la location peut être ?

MP m'a alors indiqué le nom d'Alain Meyer, son luthier. Il pourrait peut être m'aider, pensait elle, avant d'ajouter : « Vous verrez, c'est un artiste ».

J'ai donc joint Alain Meyer par téléphone mi juin. « Une basse de viole à 7 cordes  ? » Oui, il devrait pouvoir faire « quelque chose » pour moi, je devais le rappeler mi août.

Mi août : Oui, il avait « quelque chose » mais « ce » n'était pas prêt. Que je le rappelle dans 15 jours.

Début octobre, après plusieurs échanges téléphoniques tout aussi laconiques, nous voilà, l'Homme et moi en direction de l'atelier du luthier.

Nous nous perdons un peu en route mais finissons par trouver l'endroit.

Il faut encore se rendre tout au fond de la cour, emprunter un escalier en colimaçon, entrer dans la maison, grimper à nouveau 2 étages pour enfin arriver devant une porte où un petit carton nous invite à « entrer sans frapper ». Ce que nous faisons.

Alain Meyer est là, avec deux ou trois personnes. Ses premiers mots seront : « Vous connaissez Stradivarius ? ». Euhh, oui ...

Après nous avoir salué, il nous invite à prendre place là où nous pourrons.

Nous avançons dans une espèce de capharnaüm, rempli de violes, violons, violoncelles, contrebasses, cordes, chevalets, copeaux de bois, poussière, etc.

Nous finissons par trouver deux petites bergères Louis XV (incongrues en ces lieux, quoique ...) libres. Dans un coin, un tapis, une chaise assortie aux bergères, un pupitre, des partitions et une viole.

Alain Meyer est un artiste assurément. Pendant tout cet après midi là, nous le regarderons monter et démonter les cordes, poncer, limer, ajuster ; nous goûterons aussi son humour pince sans rire.

Enfin, « ce » que nous étions venu chercher est prêt.
Une basse de viole à 7 cordes.

Pas fabriquée spécialement pour moi, non ...

Mais une « caisse » chinoise * montée, préparée, vernie, terminée par le luthier.

Il s'installe sur la chaise, devant le pupitre et commence à jouer.....


Depuis deux ans donc, tous les lundi (enfin presque), je prends ma viole, mes partitions et je rejoins MP à l'école de musique. Elle est pleine de patience, ne dit rien si je n'ai pas eu le temps de travailler durant la semaine, me félicite parfois. Elle corrige ma position en faisant référence à Madame Henriette, la belle dame, fille de Louis XV, qui joue de la viole, sur le tableau qui meBasse de viole détail.JPG sert d'avatar.

Je fais travailler mes neurones (clé de Fa, clé d'Ut 3), les doigts de ma main gauche, ma main droite sous l'archet. Je me tiens bien droite, ma viole nichée contre moi.

Et je joue (enfin, j'essaye ;-) ).

 

* Alain Meyer, comme d'autres luthiers, achète en Chine des « caisses » de violes brutes, beaucoup moins chères. Ces « caisses » sont vernies, montées, préparées par lui dans son atelier. Cela permet d'offrir des violes d'étude à un prix beaucoup plus abordable. Mais rien ne vaut, pour qui peut en payer le prix, une viole fabriquée de A à Z par un luthier.


C'est décidé, pour mes 45 ans, je vais accepter la proposition d'Alain Meyer d'acheter ma viole en location vente !

crédit : moi ; TS