Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/05/2018

On en est où ?

Mes journées sont rythmées par les transports de P'tit Mec N°4 vers l'école et retour ; j'emmène ou je cherche aussi l'Amoureuse de Grand Mec N°2 qui n'a pas de moyens de locomotion et qui travaille loin de chez elle (pas de transports en commun dans notre petite sous-pref). Je fais à manger, un peu de ménage parce que le bazar et la poussières m'énervent (en plus de me faire éternuer pour la poussière)je prends un moment le matin pour des mouvements d'étirement, et l'après-midi pour la viole de gambe. Je lis, des livres, des revues, des articles sur le Net, j'écoute les cours du dernier Mooc où je me suis inscrite (La science moderne de la Renaissance aux Lumières, sur Fun Mooc). Il m'arrive très régulièrement de piquer du nez sur mon bouquin, je suis toujours crevée et j'ai toujours des névralgies (moins souvent).

J'ai vu mon Inspectrice lundi, j'avais demandé un rendez-vous. Il n'en est pas sorti grand chose. Il faut que je prenne du recul (oui, comment ?), il faut que je me repose et que j'arrive à me détendre (même question), et mes collègues sont bien sympa de faire la liaison avec moi sans rien demander (sous entendu,  elles ne demandent pas l'indemnité de direction … pas de souci, hein, je leur file toute la direction + l'indemnité et elles se débrouillent) alors qu'elles sont fragiles (mon IEN adore ce mot) parce qu'elles ont été gravement malades (elles).
Bref … A part assurer l'année scolaire prochaine (avec 29 élèves) et participer au mouvement pour changer d'école, pas d'autres suggestions (pour ce qui et de changer d'école, pourquoi pas, mais pas avant que P'tit Mec N°4 n'entre au collège dans 2 ans ; il a enfin trouvé un équilibre, un copain sur qui il peut compter et une motivation pour se lever le matin, alors pas de changement pour lui pour le moment).

Demain j'ai rendez-vous avec le médecin de l'Education Nationale, à ma demande. Je l'avais rencontrée en septembre (contrainte et forcée par mon IEN suite aux accusations portées contre moi par l'AVS qui intervenait dans la classe l'an dernier - accusations sans fondements - IEN qui me trouvait … fragile … Je ne suis pas fragile, je suis usée, c'est pas pareil), et elle m'avait dit que si j'avais besoin de son aide, je ne devais pas hésiter à revenir la voir. A suivre donc.

Je suis presque au bout des 20 séances de kiné. Elles me font beaucoup de bien, mais il y a encore du boulot … Comment arriver à ne plus "tendre le dos", comme on dit, quand arrive un souci, une inquiétude, réduisant à néant ou presque le boulot de B. (le kiné) ? (épaules et nuque très vite tendues crispées, douleur qui remonte à l'arrière du crâne et redescend autour de l'œil, avec comme seule solution d'aller se coucher dans le noir et le silence en attendant que les médocs fassent effet, ou pas)

Ce n'est pas très glorieux.
Si on rajoute le "petit vélo" qui tourne en rond dans mon cerveau en me disant qu'il faut que je me secoue, que je n'ai rien à faire en arrêt maladie, que je n'ai rien du tout, qu'il faut que je prenne sur moi, que je dois me remettre en question etc. ça devient carrément compliqué.

WP_20180524_004.jpg
Le mini fraisier de la plate bande, qui a donné 3 mini fraises !

photo moi

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

Nos institutions et nos supérieurs peuvent être très violents et malveillants dans leurs propos et leur absence d'actions pour nous aider au quotidien ... Et pourtant, ils ont tort, une personne bien moralement et physiquement au travail est une personne qui sera plus efficace dans son travail !
Courage à toi, j'espère que le RDV à la médecine du travail te convaincra plus que ton entretien avec l'inspectrice.

Écrit par : Melle Bulle | 29/05/2018

Répondre à ce commentaire

J'espère surtout qu'il m'aidera à trouver une solution pour pouvoir récupérer et stabiliser la récupération … parce que si c'est pour replonger immédiatement …
Bonne soirée !

Écrit par : Béatrice | 29/05/2018

Un burn-out ne se traite pas à la légère ou bien tu vas y laisser des plumes, ce serait trop bête!
Prends soin de toi, personne ne le fera à ta place...
Amicalement

Écrit par : Cathnounourse | 29/05/2018

Répondre à ce commentaire

Je vais essayer !
Merci ;-)

Écrit par : Béatrice | 30/05/2018

Et si tu prenais le petit vélo pour en faire le long du canal pour vider ton esprit ?
Je sais, pas évident avec notre boulot chronophage où notre cerveau tourne toujours à plein régime !

Bises du mercredi

Écrit par : oth67 | 30/05/2018

Répondre à ce commentaire

Ca sera plutôt roller avec l'Homme … dès qu'on aura investi dans des protection coudes/genoux pour moi (j'ai déjà un casque) ;-)
Dommage que notre cerveau d'enseignant n'ait pas de touche "pause" … ça ferait du bien.
Bises aussi !

Écrit par : Béatrice | 30/05/2018

Il manque un "s" à protections ... ;-)

Écrit par : Béatrice | 30/05/2018

Eh bien à te lire, une chose est sûre : tu as besoin de cet arrêt maladie. On sent bien comme tu es fatiguée par pleins d'histoires et je te comprends.
NE CULPABILISE PAS ! personne n'est irremplaçable et ton inspectrice ne t'enverra aucune fleur si tu reviens prématurément. laisse la parler.
Continue tes journées comme tu le sens.
Bisous

Écrit par : sun | 30/05/2018

Répondre à ce commentaire

Il est hors de question de reprendre avant les vacances d'été, je suis claire avec moi-même là-dessus ! ;-) (et la médecin de l'Educ Nat l'a écrit noir sur blanc).
Je vais essayer de ne pas penser à la suite avant le 15 août !
Bises aussi !

Écrit par : Béatrice | 30/05/2018

Bonjour,
J'ai l'impression que l'inspectrice avait séché les cours de psychologie, à moins qu'elle ne tienne à ce que votre arrêt soit prolongé. A force d'essayer de tenir, ma voisine, enseignante en fac, va être mise en longue maladie. Là, elle est calmée et s'occupe d'elle.
Alors, vous mettez le vélo à la cave avec un beau cadenas pour éviter qu'il ne sorte. Comme j'ai écrit l'autre jour, c'est comme une jambe cassée en moins visible. On ne se pose pas de question sur un diagnostic de fracture du tibia, alors pourquoi sur un diagnostic de burn-out? Quant au qu'en dira-t-on des collègues, de l 'entourage, etc, on s'en moque. L'important, c'est votre santé.
Je vous souhaite une grande zénitude.

Écrit par : Nanou | 30/05/2018

Répondre à ce commentaire

Merci beaucoup Nanou !
Je vais envoyer le petit vélo au fond du canal, il n'y a pas de cave ici ! ;-)
Pour le moment c'est repos, arrêt confirmé par la médecin de l'Educ Nat, qui a bien pointé dans mon dossier tout ce qui laisse entrevoir un "épuisement professionnel", comme elle dit.

Écrit par : Béatrice | 30/05/2018

C'est sûr l'idéal serait d'arriver à faire le vide complet jusqu'au 15 août mais ça ce n'est malheureusement pas aussi simple bien souvent !

Écrit par : Nanou | 31/05/2018

Répondre à ce commentaire

C'est sûr … mais ça vaut le coup d'essayer ! (dit-elle ;-) )
Bonne journée !

Écrit par : Béatrice | 31/05/2018

Mais mais que lis-je ??? vous n'avez rien à faire en arrêt maladie !!! GLOUPS ! je m'étrangle. Mais vous êtes mal traitée (et maltraitée) dans votre travail. Vous n'avez plus que cette solution pour ne pas "périr" car votre employeur ne reconnaît rien et pour tout dire s'en fout un peu (beaucoup) !!!! Prenez tout votre temps c'est VOUS la plus IMPORTANTE ! PERSONNE n'a le DROIT de vous faire culpabiliser. Un point c'est tout. Ah mais........ j'vais m'fâcher ! Bien amicalement . Nathalie de Nancy

Écrit par : NATHALIE | 31/05/2018

Répondre à ce commentaire

C'est le petit vélo dans ma tête qui dit ça (oui, je me culpabilise super bien toute seule …), la médecin de l'Educ Nat a noté "maintien en arrêt nécessaire à ce jour", et ça m'a fait du bien de l'entendre.
Je vais profiter des 3 prochains mois, après on verra !
Bonne journée, Nathalie !

Écrit par : Béatrice | 31/05/2018

Eh bien, eh bien, je reviens après une longue absence et je suis stupéfaite de ce que je lis. Stupéfaite et désolée. Triste de lire combien tu te sens mal. Je n'ai lu que cet article depuis longtemps alors je ne sais pas trop ce qui c'est passé. Si tu veux causer un peu avec moi en privé, tu as mon mail je pense.
Je te fais un big bug ! Tiens bon la barre matelos !
Je t'embrasse fort
Chriss sur son îlet

Écrit par : Chriss | 02/06/2018

Répondre à ce commentaire

Plein de choses accumulées, et du coup, ça craque ...
Je suis bien contente de te relire par ici, j'espère que tout va bien pour toi sur ton ile !
Bises ;-)

Écrit par : Béatrice | 02/06/2018

non mais elle serait pas un peu nulle ton inspectrice? alors on en est à hiérarchiser les souffrances maintenant? c'est pas mal comme concept et quand tout le monde aura atteint le plafond ( fond) on fera quoi? vous vous occupez d'enfants pas de chaises être au maximum de ses capacités est indispensable . Repose toi bien tu le mérites, tu es la priorité de ta vie et à la fin on va pas te rajouter les années que tu auras gâchées à te pourrir la santé au travail non mais ho!

Écrit par : othilie | 04/06/2018

Répondre à ce commentaire

Elle n'a rien à me proposer, l'Inspectrice ... (mes collègues ont eu congé maladie longue durée et mi-temps thérapeutique pour une pathologie reconnue "grave").
Je vais profiter de mon temps, me reposer et on verra en septembre (si je ne tiens pas le coup, il faudra bien faire quelque chose).
Très bonne semaine !!

Écrit par : Béatrice | 04/06/2018

L'éducation nationale a du mal à accepter qu'y travailler puisse être difficile psychologiquement. Quand j'avais fait ma pneumopathie (deux mois et demie d'arrêt), l'inspectrice avait posé d'un air soupçonneux la question d'une dépression, sous-entendant du même coup que j'étais une tire au flanc... Mais il y a pourtant des gens qui craquent, et tu as tout à fait le droit d'être en arrêt. Dans ton cas, c'est même un besoin physique!

Écrit par : Bismarck | 05/06/2018

Répondre à ce commentaire

C'est pour ça que je suis allée expliquer mes soucis "physiques" à l'Inspectrice et à la médecin de prévention. Ce n'est pas "que" dans la tête ...
Bonne fin de journée !

Écrit par : Béatrice | 05/06/2018

Écrire un commentaire